Dossiers

Neil Young révélations

Neil Young, une autobiographie
Étonnantes révélations sur sa carrière et sa vie privée!
Points Livre de Poche 2012 515 pages
Ma note : 9 sur 10
2900 vues
Republié le 29 avril 2021

Par Ricardo Langlois

 

Connaissez-vous Neil Young, auteur des albums indispensables qui font partie des classiques du rock et du folk de tous les temps?

Harvest, l’incontournable, mais aussi, Déja Vu de Crosby, Stills, Nash & Young. Une carrière musicale qui a commencé avec le mouvement hippie. Écrit à l’âge de 66 ans Neil Young a décidé d’écrire son autobiographie à 66 ans, donc parue en 2012. Le livre est disponible en livre de poche chez Robert Laffont.

Je crois sincèrement que Neil Young a été le fondateur du mouvement grunge (début des années 90), qu’il a été le mentor de Pearl Jam et Nirvana. Ici on parle d’une autobiographie anticonformiste sans chronologie minutieuse des événements.  C’est un homme qui porte un regard personnel, introspectif. Des anecdotes savoureuses. Son obsession pour les archives de la musique, sa bataille contre le son dégradé du mp3.

Il détaille beaucoup de choses et le défi du lecteur sera de s’accrocher jusqu’à la fin

Son amour des trains électriques, des voitures anciennes et électriques, des films, etc. Toutes ses passions tiennent peut-être trop de place. Et il y a les contradictions du grand compositeur, ‘’Je n’ai pas composé une seule chanson depuis que j’ai arrêté de fumer de l’herbe en janvier 2011’’. (Chapitre 21)

Par dessus tout, l’homme est intègre, vrai. Conscient qu’il est un créateur aimant la vie, sa famille, son fils Ben Young, tétraplégique (sa raison de vivre), mais, il n’y a pas que l’homme, l’amoureux de la vie et le passionné de la musique. Il s’adresse au lecteur comme un bon père de famille. Il explique, de manière candide la mécanique de composer. Comment lui sont arrivés les accords de guitare de Cinnamon Girl et ceux de la chanson-fleuve Down by the river, alors, qu’il avait la grippe et délirait dans son lit. Il parlera aussi de Woodstock et de sa rencontre avec le grand guitariste Jimi Hendrix. (Page 244)

Un homme simple, solitaire avec le génie de Heart of Gold. Quand on parle des zones grises de l’humain, il avoue ses problèmes de santé, des épreuves qui font partie de sa vie. (Chapitre 14)

Anecdote personnelle : en 1994 lors de mes études à l’UQAM, Neil Young m’a fait passer de superbes moments avec l’album Sleeps with Angel dédié à son ami Kurt Cobain qui venait de se suicider. Son égo au service de la jeune génération. Pas babyboomer pour un sou, rescapé des paradis artificiels, un artiste avec un cœur ouvert aux jeunes et aux universitaires qui ont vu en lui un frère de sang.

Est-il croyant ?
Le chapitre 25 nous donne une réponse qui se rapproche des croyances amérindiennes. Être vivant, c’est peut-être juste faire partie de Dieu. Le Grand Esprit est en nous et dans tout ce qui vit.

Pour conclure, permettez-moi de relire ses mots qui s’adressent à la fragilité de l’artiste et qui me font un effet miroir: À présent, j’essaye de me retrouver, de retrouver les valeurs qui étaient les miennes au début. L’amour de la musique faite avec d’autres, le respect d’autrui, l’empathie. J’essaye de m’aimer à nouveau. (Chapitre 66)

Sensible comme je suis, à la fin du livre, j’ai pleuré comme un enfant !


 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

3 Comments

3 Comments

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :