Actualités

Gilmour Lennon Zappa

Dernière heure #211
En direct de la salle de nouvelles de Famille Rock!
Publié le 5 mai 2024

Par André Thivierge, chef des nouvelles de Famille Rock

David Gilmour annonce qu’il prépare sa tournée en appui à son album à venir et une série de spectacles au Royal Albert Hall de Londres du 9 au 15 octobre.

  Il est précisé que ce sera les seules dates de spectacle en Grande-Bretagne. L’ex-guitariste de Pink Floyd a aussi accordé récemment une entrevue exclusive dans l’édition de juin du magazine Uncut.

Il a confirmé qu’il prépare une tournée en appui à son album Luck and Strange qui sortira le 6 septembre prochain. Il a déclaré en entrevue : Pour la tournée à venir, les répétitions doivent être programmées et une setlist doit être élaborée. Selon Gilmour, cette dernière implique un système d’astérisques dans lequel tous les candidats sont notés. Trois astérisques indiquent une inclusion certaine, deux astérisques signifient «probable» et un astérisque indique une possibilité extérieure. Le nouvel album constitue un balayage net de trois astérisques, «mais c’est à peu près tout ce que j’ai pu faire«.

Bien que le succès de Pink Floyd soit dû à la contribution de tous les membres, qu’il s’agisse de la musique ou des paroles, il semble que les tensions entre Roger Waters et Gilmour signifient qu’il est prêt à passer à autre chose que de jouer les grands numéros de Pink Floyd.

Il parle d’un «refus de revisiter le Pink Floyd des années 1970″, ce qui, on s’en doute, est dû à sa réticence à chanter des paroles écrites par Roger Waters. Et les autres décennies ? «Oui, elles pourraient être mieux représentées. Je veux dire, au moins une chanson des années 60. Celle que nous avons faite par le passé est ‘Astronomy Domine [The Piper At The Gates Of Dawn, 1967]. C‘est toujours divertissant et amusant, et cela permet aux gens de partir du bon pied. Il y a des chansons des albums Momentary Lapse Of Reason et The Division Bell (albums post-Waters). Enfin, je pense que ‘High Hopes’ est aussi bon que tout ce que nous avons pu faire à n’importe quelle époque».

Une tournée représente une somme de travail incroyable. La tournée The Wall a enregistré de lourdes pertes compte tenu de sa taille et de son ampleur. La tournée de Division Bell s’est déroulée sur d’immenses scènes, avec des accessoires, des écrans et une énorme production. David Gilmour est passé par là et a fait tout le travail d’une méga-tournée. Il pourrait bien tourner à une échelle beaucoup plus petite dans des lieux plus intimes plutôt que d’avoir une production énorme comme les tournées de Roger Waters.

Lorsqu’on lui demande s’il a envie de reprendre la route, Gilmour fronce les sourcils. «Qu’est-ce que j’aime dans tout ça ? Le moment sur scène, en général. Le reste… je ne sais pas vraiment pourquoi nous le faisons.»

Parce que vous voulez donner sa chance à l’album, comme vous l’avez fait pour les autres ? «Oui, j’ai changé le groupe la dernière fois pour un certain nombre de raisons, dont l’une était qu’il était trop robotique, et que certaines personnes auraient été mieux dans un groupe hommage à Pink Floyd. Je me suis donc dit qu’il fallait trouver des gens vraiment créatifs et leur donner un peu plus d’espace. C’est ce que nous avons prévu de faire. Nous aurons donc des jeunes aux côtés de Guy Pratt et des Webb Sisters, qui ont chanté avec Leonard Cohen lors de ses dernières tournées.

D’autres enregistrements prévus

Visiblement rajeuni par l’injection de sang neuf dans le groupe, Gilmour prévoit déjà d’autres dates d’enregistrement après la tournée – «ce qui m’obligera pratiquement à me concentrer [sur l’écriture de nouvelles chansons]. Je veux dire que nous avons beaucoup d’autres morceaux de musique à moitié formés sur lesquels nous pouvons commencer. L’objectif est de sortir quelque chose d’autre dès que possible.»

Un documentaire sur le premier spectacle de John Lennon post-Beatles.

Un nouveau documentaire retrace le premier spectacle solo de John Lennon en dehors des Beatles. Revival69 : The Concert That Rocked the World sort en salle le 28 juin.

Le célèbre documentariste D.A. Pennebaker – qui a également réalisé le film Don’t Look Back sur Bob Dylan en 1967, Monterey Pop en 1968 et Ziggy Stardust and the Spiders From Mars en 1979 – a tourné les images du Toronto Rock N Roll Revival de 1969 ; le film à venir est réalisé et produit par Ron Chapman.

Revival69 : The Concert That Rocked the World comprend également des apparitions de Little Richard, des Doors, de Chuck Berry et d’Alice Cooper.

Le concert de Lennon avec le Plastic Ono Band a eu lieu le 13 septembre 1969, alors que les Beatles venaient de terminer l’enregistrement de leur dernier album, Abbey Road. Son concert comprenait des reprises de «Blue Suede Shoes», «Money (That’s What I Want)» et «Dizzy Miss Lizzy«, ainsi que la chanson des Beatles «Yer Blues» et ses solos «Cold Turkey« et «Give Peace a Chance«.

Ce spectacle a été documenté sur l’album Live Peace in Toronto de 1969.

Outre Yoko Ono, Lennon a été rejoint sur scène par Eric Clapton, Klaus Voormann et Alan White (Yes). Le film retrace son parcours jusqu’à la scène du festival, qui comprend également des prestations des pionniers du rock ‘n’ roll Bo Diddley et Jerry Lee Lewis. Des interviews de Cooper, de Robby Kreiger des Doors et de Geddy Lee, le cofondateur de Rush qui a assisté au concert.

Un nouveau set live de Frank Zappa & the Mothers of Invention sortira cet été, comprenant près de cinq heures de matériel, pour la plupart inédit.

– Whisky a Go Go, 1968 comprend un concert en trois parties dans la salle historique de Los Angeles, enregistré pour un album live. Mais la plupart des morceaux de ce coffret de trois disques sont restés inédits au cours des 55 dernières années.

Zappa et son groupe ont donné ce concert le 23 juillet 1968, après la sortie de leurs trois premiers albums influents, Freak Out ! en 1966, Absolutely Free en 1967 et We’re Only in It for the Money en 1968.

Le groupe a publié une annonce dans le L.A. Free Press au cours de l’été 1968 qui disait : «Les Mothers of Invention vous invitent cordialement à les rejoindre le mardi 23 juillet 1968, lorsqu’ils prendront possession du Whisky a Go Go pour cinq heures entières de gaieté sans précédent, qui seront secrètement enregistrées pour un album à venir. Tenue vestimentaire facultative. 

L’album live n’a jamais fait surface, mais quelques morceaux ont été enregistrés sur d’autres disques de Zappa au fil des ans. Les trois sets comprenaient les favoris de Mothers «Help, I’m a Rock», «King Kong» (qui n’est apparu qu’en 1969 sur Uncle Meat) et «Plastic People«. 

Les Mothers of Invention comprenaient Ray Collins (chant et percussions), Ian Underwood (sax alto), Bunk Gardner (sax ténor, flûte), Don Preston (claviers, gong), Motorhead Sherwood (sax baryton, percussions), Roy Estrada (basse, chant), Art Tripp (batterie, percussions) et Jimmy Carl Black (batterie, percussions).

Un documentaire et un livre sur les Beach Boys.

Le groupe californien The Beach Boys, qui a marqué la musique américaine des années 60 et 70, fera l’objet d’un documentaire, a annoncé Disney+.

Pour dévoiler ce projet sur les réseaux sociaux, la plateforme a repris les paroles de leur succès Wouldn’t It Be Nice. « Ne serait-il pas agréable s’il y avait un documentaire sur les Beach Boys », peut-on lire sur le compte X de Disney+.

Dans un communiqué, le documentaire, nommé tout simplement The Beach Boys, est décrit comme étant « une célébration du groupe légendaire qui a révolutionné la musique pop ».

On y entendra notamment de nouvelles entrevues avec les membres de ce groupe qui a longtemps « personnifié le rêve californien », soit Brian Wilson, Mike Love, Al Jardine, David Marks et Bruce Johnston. D’anciens membres participent également au projet.

Réalisé par Frank Marshall et Thom Zimny, The Beah Boys sera offert dès le 24 mai sur Disney+. Une bande sonore paraîtra au même moment.

D’ici là, leurs fans pourront replonger dans leurs souvenirs grâce à la sortie d’une édition de collection de leur album de 1964 Shut Down Vol. 2.

Le groupe a lancé récemment un livre intitulé The Beach Boys by the Beach Boys. Le livre comprend à la fois des récits de l’histoire du groupe racontés par les membres eux-mêmes et une collection de photos rares. Il comprend également des contributions de certains des plus grands noms de la musique, notamment Eric Clapton, Elvis Costello, Ray Davies, Bob Dylan, Def Leppard, David Lee Roth, Roger McGuinn, Graham Nash, Jimmy Page, Carly Simon, Pete Townshend et Thom Yorke. (Sources : La Presse et UCR)

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

<

p style=»text-align: left;»>Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  ! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 515 905 Visites

Suivez-nous

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!