Chroniques

The Dream Syndicate

The Day of Wine and Roses
Incontournable dans une discothèque
Publié le 12 avril 2023

Par Dr Rock

Label Ruby Records/Slash – Enregistré à Los Angeles – 1982

Ceux que l’on pourrait nommer à juste titre, les délinquants du Paisley Undergroud (v.Mark Deming sur Allmusic), voient le jour en 1982 dans un éclat de rock rarement vu pour un groupe de son espèce. S’éloignant de ses confrères du mouvement (Rain Parade, Long Ryders, Bangles, etc.), ils puisent à la source du Velvet et de Dylan pour proposer un son abrasif peu commun en Californie.

The Dream Syndicate. Photo: Tous Droits Réservés

Les guitares de Steve Wynn et Carl Precoda nous font plutôt penser au Minnesota (Replacements) ou à New York (Sonic Youth). La sincérité et l’émotion avec lesquelles est livré ce premier album à de quoi enthousiasmer tous les fans de rock intense et engagé qui depuis X ou encore Gun Club, n’ont pas vu sortir de Los Angeles une musique aussi rafraîchissante. Dès les premières notes de Tell Me When it’s Over, on sent bien que l’on est en face de musiciens qui ont fait leurs classes.

Une superbe pièce à la Television , désengagée et irrévérencieuse qui impressionne par son authenticité. Par la suite, Definitely Clean propose un rythme à la croisée de X et de Violent Femmes, ce qui est encore une réussite. C’est cependant à partir de Then She Remembers que le tout se corse et devient vraiment un moment de plaisir intense.

Avant même R.E.M. et toute la lignée des praticiens de la Jangle qui suivront, Dream Syndicate nous livre en primeur le patron sur lequel on écrira la suite des choses se rendant même aux oreilles d’un certain Cobain qui aura rendez vous avec l’histoire dix ans plus tard. Dès ce moment l’album se laisse écouter tout seul , sans aucun effort tant le tout est bien ficelé et harmonieux.

La perspective du temps vient ajouter à l’expérience puisqu’ici et là on y perçoit des saveurs auditives se retrouvant un peu partout dans l’histoire du rock indépendant. Certains y verront Robyn Hitchcock, d’autres Black Francis ou de toute évidence Tom Verlaine mais il n’en reste pas moins que Dream Syndicate n’est pas un simulacre tant on peut y voir un amalgame unique à pratiquement chaque chanson.

L’album se termine sur la superbe The Days of Wine and Roses titre inspiré par Ernest Dowson, poète anglais associé au mouvement décadent. Sur plus de sept minutes, Wynn nous lance dans l’humeur habituelle d’un Lou Reed un trait de mélancolie moderniste :

The word from outside
Le mot de l’extérieur
And she’s on the ledge again
Et elle est sur le rebord de nouveau

Drawing a crowd
Dessiner une foule

And threatening everything
Et menaçant tout

I’m here wondering
Je me demande ici

Just where I fit in
Juste là où je m’intègre

Stewart Mason de Allmusic.com en dira : » «Pour une nouvelle génération d’auditeurs de radio universitaires qui n’avaient jamais entendu ce genre de chose auparavant, The Days of Wine and Roses a été une révélation».  Si cela a permis de faire ouvrir les yeux de certains en 1982 , il est encore temps pour tous les non-convertis de voir enfin le jour eux aussi.

The Days… est sans doute un incontournable dans une discothèque. Si l’album original est une pièce de collection, il est toujours possible de l’écouter sur les plateformes virtuelles. Comme la production n’est pas ce qui brille dans ce genre musical, ce n’est pas une immense perte.

The Dream Syndicate. Credit photo : Chris Sikich.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: MEL DEE
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE

RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 515 726 Visites

Suivez-nous

To Top

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus