Albums

Abbey Road Beatles

Le top 100 de Ricardo # 7
Abbey Road, Beatles
Publié le 11 avril 2023

Par Ricardo Langlois

Beatles, Abbey Road (1969)

Ils ont révolutionné l’histoire de la musique. Il y a eu Bach, Mozart, John Coltrane, Peter Gabriel (eh oui). Mais, il y a surtout les Beatles. Tous des chef-d’œuvres depuis Rubber Soul. J’ai commencé avec Sgt Peppers, après Abbey Road (1969). Cet album revient sur les palmarès en 2020. La chanson Here comes the sun est la chanson préférée des moins de 30 ans. Je lis ceci d’un critique : Le sommet des sommets. Le pinacle éternel. Le top du top. L’absolu. Juste la première face de l’album est inespéré : Come Together, Something, I Want You (She’s so Heavy). Voici mes choix.

Les classiques

Come together. C’est une chanson typique de John Lennon. Celle qui débute Abbey Road. Une chanson engagée avec le groove de la contre-culture, riche en confessions personnelles. Enregistrée en neuf jours au mois de juillet, en présence des quatre Beatles, avec Lennon qui doublait les pistes sonores en guitare solo, McCartney à la basse et au piano.

Something. George Harrison n’a presque jamais fait de l’ombre à l’autorité conférée à John et à McCartney pour l’écriture des chansons. Il a commencé à travailler sur Something pendant les répétitions du White Album. Harrison doubla les pistes sonores pour le chant et il y ajouta un puissant et complémentaire solo de guitare qui était à tomber par terre. C’était son chef-d’œuvre. Lennon y ajouta le piano et une coda d’une partie instrumentale de 4 minutes qui fut abandonnée. Lennon et McCartney ont tous deux admis que c’était la meilleure chanson de l’album. Frank Sinatra l’a régulièrement interprétée au grand bonheur de mon papa.

Oh! Darling. Mc Cartney bossa d’arrache-pied afin d’obtenir un résultat parfait. Il arrivait tous les jours de bonne heure au studio afin d’échauffer sa voix pendant de nombreuses prises dont l’importance a été minimisées avant de laisser sa voix mûrir dans le but d’obtenir un son parfait a l’état brut.

I Want You (She’s so heavy). C’est la première chanson qui fut travaillée pour Abbey Road, mais une des dernières à avoir été terminée. I Want You (She’s so Heavy) était la plus longue chanson enregistrée par les Beatles, encore plus longue que Hey Jude. La composition de I Want You montre un Lennon, non seulement amoureux, mais complètement obsédé par Yoko Ono et cette chanson qui n’a que 12 mots pour toutes paroles. I want you so bad, it’s driving me mad sont une répétition insistante et incessante. La résignation se transforme en désespoir dont les riffs en sont les échos.

Here Comes The Sun. Cette chanson représentait le relief et l’optimiste qu’Harrison ressentit une fois en retrait par rapport à la machine toute puissante du business des Beatles et de leurs querelles incessantes. La chanson a été écrite en une journée ensoleillée dans le jardin d’Eric Clapton.

Because. Cette mélodie vient de Yoko Ono ? Alors que Lennon l’écoutait jouer la sonate Au clair de lune, celui-ci qui était sous l’emprise de substances chimiques, lui demanda de jouer les accords à l’ envers, et il découvrit ainsi ce qui allait devenir la mélodie de Because. Trois voix pour donner l’effet d’un chœur à neuf voix. Génial.

Golden Slumbers. Une symphonie luxuriante et des paroles issues d’un manuel de piano que McCartney avaient contemplé avec mélancolie.

You never give your Money. La face B de l’album devait donc finir avec un ambitieux mix de chansons. Certains fragments proviennent des répétitions du White Album.

The End. Le titre pertinent de la chanson annonçant la fin du long medley réussit à attraper la pente ascendante des derniers arpèges de Carry that Weight. L’auditeur est placé au centre d’une fête et un air tangible de célébration de la fin d’une époque.

Un poème symphonique

Abbey Road est un poème symphonique. Tous les corps se mélangent. Corps des femmes, corps du réel, corps des songes, corps des âmes, corps des mots etc. J’aime McCartney parce qu’il n’a jamais accepté la posture de l’artiste torturé, peut-être au prix d’un certain charisme. On observe ce côté sombre chez David Bowie, Jim Morrison ou Kurt Cobain.

Au début, les Beatles avaient peut-être l’air bizarre. Ce qui est étonnant, c’est que leur art a frôlé les limbes du psychédélisme, ils n’ont jamais été complètement engloutis par la contre-culture (1). Ce qui m’impressionne chez McCartney, il est resté mince et juvénile. Sa forme physique et sa guitare basse en forme de violon. Il donne aux foules ce qu’elles aiment. Puis, il philosophe de manière brillante : la jeunesse est un atout, c’est indéniable. Mais c’est une épée à double tranchant parce que la jeunesse c’est aussi l’ignorance. On se dit toujours : je voudrais bien avoir 18 ans. Et puis, on réfléchit et on rectifie : pas mentalement, juste physiquement (2). La philosophie de Paul est une citation de Hamlet : Avant tout, être soi-même.

Face 1
1. Come TogetherJohn Lennon 4:20
2. Something – George Harrison, George Harrison 3:02
3. Maxwell’s Silver Hammer – Paul McCartney 3:27
4. Oh! DarlingPaul McCartney 3:26
5. Octopus’s Garden – Ringo Starr Ringo Starr 2:51
6. I Want You (She’s So Heavy) – John Lennon 7:47

Face 2
7. Here Comes the SunGeorge Harrison, George Harrison 3:05
8. Because – John Lennon, Paul McCartney, George Harrison 2:45
9. You Never Give Me Your MoneyPaul McCartney 4:02
10. Sun King – John Lennon, Paul McCartney, George Harrison 2:25
11. Mean Mr. Mustard – John Lennon 1:06
12. Polythene PamJohn Lennon 1:12
13. She Came In Through the Bathroom Window-  Paul McCartney 1:58
14. Golden Slumbers – Paul McCartney 1:31
15. Carry That Weight – John Lennon, Paul McCartney, George Harrison, Ringo Starr 1:36
16. The End – Paul McCartney 2:05 1
17. Her Majesty (chanson cachée) – Paul McCartney

Notes

C’est le 7ème choix de mon top 100. Il n’y a pas d’ordre précis. Je cite dans (1) et (2), Paul McCartney, Des mots qui vont très bien ensemble (collaboration Paul Du Noyer ) J’ai Lu 2018.

Ricardo Langlois est  analyste musical pour Famillerock.com et critique littéraire pour lametropole.com Il a écrit 5 livres de poésie.

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 516 202 Visites

Suivez-nous

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus