Chroniques

Beatles Can’t Buy

Beatles, Can’t Buy Me Love, 1964
Publié le 10 avril 2023

 

Par Laurent Lavigne

Can’t Buy Me Love
Paroles et musique : John Lennon et Paul McCartney

Le groupe est maintenant très populaire aux États-Unis et on réclame un autre 45 tours. Ce sera Can’t Buy Me Love, avec You Can’t Do That sur la face B. Le disque paraît prématurément le 16 mars 1964 aux États-Unis et le 20 mars au Royaume-Uni.

Un million d’exemplaires se vendent dans les premières 24 heures aux États-Unis et le disque atteint rapidement la première place sur tous les palmarès. Avec ce numéro un, cinq chansons des Beatles occupent les cinq premières places du Billboard, au début d’avril 1964, un record qui ne sera probablement jamais égalé. Les quatre autres chansons sont Twist And Shout (2e), She Loves You (3e), I Want To Hold Your Hand (4e) et Please Please Me (5e). Can’t Buy Me Love est le troisième numéro 1 du groupe de suite. Au Canada, la chanson paraît le 13 mars, soit avant sa sortie aux États-Unis.

Histoire

Pendant leur marathon de concerts étalés sur 18 jours, en janvier 1964 à l’Olympia de Paris, ils doivent écrire des chansons pour leur premier film A Hard Day’s Night. C’est dans ce contexte que Paul compose Can’t By Me Love, paroles et musique, sans l’aide de John. Le texte est plutôt simpliste et signifie que l’argent n’achète pas le bonheur. Les membres du groupe constateront très vite en Amérique que lorsqu’on est riches et célèbres, on peut tout avoir. Paul dira même que le titre aurait pu être Can Buy Me Love !

 Enregistrement

 L’enregistrement se termine au studio Abbey Road, le 25 février 1964, sur les pistes captées à Paris chez Pathé Marconi, le 24 janvier 1964. Lors d’un mixage en stéréo, l’ingénieur Norman Smith constate que la prise de son de Ringo Starr est défectueuse. Comme il est batteur, il fait les corrections avec Geoff Emerick, son assistant. Ni vu ni connu, jusqu’à ce qu’Emerick en parle dans son livre En studio avec les Beatles, paru en 2006.

La captation est traditionnelle. Chaque membre joue de son instrument, comme lorsque Paul interprète Long Tall Sally de Cliff Richard. Paul est le seul à chanter, sans voix secondaire.

Autre particularité, dans le double solo de guitare de George Harrison, réenregistré à Londres, on entend en arrière quelques notes de la première version, captée à Paris. Comme sur les chansons précédentes, on mentionne le titre au début, à la fin des couplets et dans le refrain pour s’assurer que les fans puissent la retenir… et aussi en faire un véritable ver d’oreille.

Participation des Beatles musiciens

  • Paul : voix principale doublée, basse 1963 Hofner 500/1.

John : voix principale et guitare rythmique acoustique amplifiée 1962 Gibson J-160E (celle de George).

George : guitare rythmique 1963 Rickenbaker 360-12 (1964), et double solo sur sa nouvelle 1963 Gretsch 6122 Country Gentleman (la première étant en entretien).

Ringo : batterie 1963 Ludwig Downbeat Oyster Black Pearl.

Norman Smith : correction de batterie (hi-hat) sur la version stéréo.

Anecdotes

La guitare de John, la Gibson J-160E no de série 73157, a été oubliée et perdue par Mal Evans, leur assistant, au Finsbury Park Astoria Theatre (Londres). John joue donc avec celle de George, la no 73161. Des années plus tard, en 1969, un Américain de San Diego, John McCaw achète une Gibson J-160 de Tommy Presley, pour 175 $US. Ce dernier se l’était procurée dans le magasin The Blue Guitar (San Diego) en 1967.

En avril 2014, McCaw lit un article de Dhani Harrison sur les guitares de son père George. Il remarque que le numéro de série de la J-160E de George est le 73161 se situant près du sien (le 73157). Après des recherches et en consultant Andy Babyuk, le spécialiste des instruments des Beatles, on confirme qu’il s’agit bien de la guitare de John oubliée en 1964. En 2015, cette guitare a été vendue 2,4 millions $US dans un encan. Les profits sont partagés à parts égales entre John McCaw et une fondation de Yoko Ono, la Spirit Foundation.

 

Cette chanson est extraite du livre Les 27 chansons No 1 des Beatles disponible sans frais de livraison.

Voir la critique du livre de Sylvain Cormier

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 500 694 Visites

Suivez-nous

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!