Spectacles

Brit Floyd Ottawa

Spectacle de Brit Floyd à Ottawa
Voyage émotionnel dans l’univers Floydien
Place TD, le 23 octobre 2023
Publié le 28 octobre 2023

Par André Thivierge

Combien de membres de Famille Rock se comptent assez chanceux d’avoir assisté au moins une fois dans sa vie à un spectacle de Pink Floyd ? Compte tenu que le dernier spectacle du groupe à Montréal s’est tenu, il y a presque 30 ans, les chances sont que les plus jeunes générations de rocker ne peuvent se rabattre que sur les enregistrements de la belle époque pour avoir une idée de ce que pouvait être un spectacle de ce groupe mythique.

Malheureusement, en ce qui me concerne, j’étais trop jeune pour assister aux grandes manifestations des années classiques du groupe dont le fameux spectacle du Stade Olympique en 1977 auquel les 80,000 personnes présentes ont inspiré à Roger Waters l’album The Wall après avoir craché sur un fan.

Pas de chance non plus, j’ai été incapable de mettre la main sur des billets décents pour la dernière tournée du groupe (Pulse) avant sa séparation en 1994.

Il y a bien eu depuis ce temps des spectacles solos des deux leaders principaux David Gilmour et Roger Waters, sans oublier le groupe du batteur Nick Mason qui a décidé de reprendre les plus anciens succès de Pink Floyd. Il me reste quand même un certain regret de n’avoir jamais eu la chance de vivre l’expérience sonore et visuelle de ce groupe mythique.

Australian Pink Floyd ou Brit Floyd ?

Alors, j’ai bien entendu qu’il y avait des groupes hommages qui sillonnaient la planète pour offrir l’expérience du Floyd dont une formation australienne et une autre britannique. Je ne me sentais pas attiré par celles-ci car je considérais pratiquement impossible de recréer sur scène un concert de ce groupe aussi grandiloquant et iconique.

Quand la Place TD d’Ottawa m’a fait parvenir une offre de prévente pour un spectacle soulignant le 50e anniversaire de Dark Side of the Moon par The Brit Floyd, j’étais très sceptique mais je me suis lancé compte tenu que je pouvais obtenir d’excellents sièges à prix imbattable. 

C’est quoi le Brit Floyd?

Ce groupe hommage est originaire de Liverpool et a été formé en 2011 par le guitariste, chanteur et multi-instrumentiste Damian Darlington dont la particularité est d’avoir fait partie auparavant du groupe The Australian Pink Floyd Show pendant sept ans. Il a créé Brit Floyd simplement  parce qu’il pensait pouvoir mieux faire » que son précédent groupe. 

Il indique en entrevue ; « on fait plus attention aux détails de chaque élément du spectacle, de la musique aux visuels et l’éclairage : tout est bien plus parfait, la passion transparaît dans le spectacle… C’est cohérent, c’est un voyage émotionnel à travers le catalogue de Pink Floyd. »  Darlington affirmait également que son groupe prête plus attention aux détails, offrant un spectacle mieux élaboré : « Si vous avez vu un concert des Aussie Floyd, vous noterez une énorme différence — une différence pour le meilleur, nous mettons un effort énorme pour recréer le mieux possible et non seulement les chansons : les visuels également. »

Depuis ce temps, Brit Floyd a parcouru le monde et a gagné plusieurs adeptes à sa cause et invité des musiciens qui ont joué avec le groupe original à les rejoindre sur scène. Parmi ceux-ci, le chanteur et bassiste, Guy Pratt (qui a non seulement joué avec Pink Floyd, mais aussi avec David Gilmour en solo et The Saucerful of Secrets,  le groupe de Nick Mason) a rejoint Brit Floyd sur scène à l’Echo Arena Liverpool le 9 novembre 2013 » 

Damian Darlington s’entoure d’un groupe de virtuoses, composé d’Ian Cattell à la basse, Edo Scordo aux guitares, Matt Riddle aux claviers, Arran Ahmun à la batterie, Ryan Saranich à la percussion et au saxophone, et d’un formidable trio de chanteuses – Eva Avila, Genevieve Little et Robyn Cage – qui offrent un impeccable soutien vocal. Il faut souligner qu’Eva Avila est originaire de Gatineau et a remporté en 2006 le concours de chant télévisé Canadian Idol

Une entrée en matière lente et progressive

Comme il s’agit du cinquantième anniversaire de la sortie de Dark Side of the Moon (1973), l’œuvre phare de Pink Floyd, le groupe hommage s’est naturellement concentré sur cette œuvre et a joué la quasi-totalité de l’album, à l’exception de Any Color You Like

Parmi les chansons de Dark Side, on notera en particulier le travail vocal d’Avila sur The Great Gig in the Sky. Elle a presque reproduit note pour note les envolées vocales de cette chanson difficile à interpréter. La foule s’est levée d’un trait pour ovationner sa vedette locale au grand plaisir de celle-ci. 

Brit Floyd ne s’est pas limité aux pièces du chef-d’œuvre de 1973 de Pink Floyd. La foule conquise a eu droit à un voyage dans le passé nous menant aux débuts du groupe de l’époque de Syd Barret, en passant par les grands albums classique jusqu’à la période post-Waters avec David Gilmour comme seul leader. 

Le premier set débute principalement avec un rythme lent, ce qui n’est pas très surprenant compte tenu du catalogue de Pink Floyd. L’interprétation de What Do You Want from Me (The Division Bell – 1994) a été particulièrement émouvante au début du spectacle. Sur un écran vidéo situé derrière le groupe, les visuels allaient de l’animation au graphisme sur mesure en passant par des extraits de The Wall (1979) et d’autres films.

Just Another Movie (A Momentary Lapse of Reason – 1987) présente des clips de films cultes et de dessins animés, ainsi qu’un extrait répété de la finale du film Casablanca qui simule l’effet d’une cassette VHS coincée ou d’un disque vinyle dont le sillon est bloqué.

Par la suite, le bassiste Ian Cattle rend son meilleur hommage vocal à Roger Waters pendant l’inattendu Gunner’s Dream, qui s’enchaîne avec le solo de saxophone de Ryan Saranich devant des images qui capturent l’essence de la chanson à travers des paysages de destruction apocalyptique. À noter que Pink Floyd n’a jamais interprété en spectacle les pièces de l’album The Final Cut (1983), considéré par plusieurs comme un quasi album solo de Waters.

Une explosion musicale et visuelle

Le groupe fait un peu de rock avec une pièce favorite des fans, Young Lust (The Wall – 1979), offrant des images lugubres de fleurs en train de copuler qui font passer le message de la chanson avec autant de force que les paroles de Waters.

Brit Floyd démontre sa capacité à traverser les époques en jouant la pièce acoustique Feerless  de  Meddle (1971) suivi immédiatement de Happiest Days of Our Lives/Another Brick In The Wall Pt.2  (The Wall), la pièce la plus connue  et la plus vendue du répertoire de Pink Floyd. Après que Darlington ait exécuté sans faille l’un des meilleurs solos de guitare du rock’n’roll tel que nous le connaissons, Edo Scordo termine le morceau avec un solo de guitare supplémentaire très inspiré.

L’un des moments forts de la fin du premier set est ‘Pigs (Three Different Ones)‘(Animals – 1977), où Scardo nous laisse percevoir des complaintes d’un porc provenant de sa guitare pendant l’interlude, tandis que Darlington commande la guitare ‘talk box‘. La dernière partie de ce morceau de 12 minutes est mise en valeur par Darlington qui se lance dans l’un des solos de guitare les plus féroces de la soirée.

Le voyage atteint son point culminant

À la fin de l’entracte, nous entendons les premières notes de Shine on Your Crazy Diamond (Wish You Were Here – 1975), un autre classique de Pink Floyd qui ouvre le concert. Le public réagit au motif de guitare de 4 notes qui a secoué le monde entier. Ensuite, une image du regretté Syd Barrett apparaît sur l’écran circulaire, un joli clin d’œil à la source d’inspiration de la chanson. S’ensuit alors la pièce psych-pop See Emily Play (The Piper at the Gates of Dawn – 1967) , l’un des premiers succès de Syd pour le groupe. À l’écran, on y voit  le personnage principal, visiblement de l’époque hippie, paré d’un costume de fée, gambadant dans une forêt.

Le public a besoin de souffler un peu, ce que le chef d’œuvre acoustique, Wish You Were Here (1975) est parfaitement bien placé pour offrir, l’écran s’illuminant d’images des membres du groupe  tout au long de leur carrière et se terminant par la dernière apparition du groupe lors du Live 8 en 2005 , ce qui fait monter une larme à l’œil aux membres du public.

Les éclairs laser montent d’un cran pour la dernière partie de One of These Days‘ (Meddle) et ‘Brain Damage/Eclipse (Dark Side Of The Moon) se combinant pour former la pyramide emblématique de Pink Floyd.

brit floyd

Pendant Comfortably Numb (The Wall) et son iconique solo de guitare, une grande boule disco descend de son surplomb et la Place TD est baignée d’une aura de bonheur visuel.

Pendant le rappel, Brit Floyd surprend la foule avec une autre chanson de Final Cut, Not Now John, avant de livrer le très attendu Run Like Hell (The Wall) en guise de dernier coup d’éclat visuel.

Tout au long de ce spectacle de plus de deux heures impeccablement réalisé, Brit Floyd a fait preuve d’une musicalité irréprochable, offrant des visuels et jeux de lumières époustouflants, deux éléments essentiels de la carrière de Pink Floyd. Mes attentes étaient peu élevées au début du spectacle mais j’ai été véritablement conquis, ce qui n’est pas un mince exploit compte tenu de l’ampleur du défi de recréer la musique d’un des meilleurs groupes de tous les temps.

Si ce texte vous fait regretter d’avoir manqué cette occasion, la bonne nouvelle est que Brit Floyd reviendra à Montréal en mars prochain pour présenter un tout nouveau spectacle, basé sur le dernier album en spectacle de Pink Floyd, Pulse, datant de 1994.  Au plaisir de vous y voir !

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: RENÉ MARANDA
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  ! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 517 285 Visites

Suivez-nous

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!