Actualités

Famille Rock 42 RZ Sirois

Famille Rock #42
Richard Z Sirois
Publié le 3 avril 2023
Vues 520
Republié le 5 octobre

Texte :  Normand Murray et André Thivierge                              Photos : Michelle Dunn            Vidéos : Muriel Massé   

Richard Z. Sirois à Famille Rock 

Richard Z. Sirois partage des souvenirs rocks tirés de son livre Le vinyle de l’insomniaque

Texte de Normand Murray :
Comme à l’habitude, une cordialité régnait pour ce 42ème édition de nos rendez-vous mensuels avec en ouverture de rideau deux présentations une par Yvon Paquette annonceur officiel du début avec de brèves actualités culturelles et présentation de notre invité. Bien évidement, notre leader et créateur de la famille Rock Géo tient les premiers propos de ce rendez vous cédant la parole à André Thivierge comme interviewer officiel, de même que notre éminent spécialiste international de Genesis et la scène progressive de la musique.

Le segment débute avec André aux commandes avec ses nouvelles chantées, avec comme répertoire du Genesis évidement, suivi des Beatles, Queen et de Led Zeppelin. On a eu droit au dévoilement du poisson d’avril, le prétendu Box Set de Tony Banks, ex-Genesis de la reprise de Selling England By The Pound instrumentale.

Primeur révélée, une boîte d’enregistrements trouvée chez Jason Bonham, fils de John : des inédits Led Zeppelin pour bientôt. Tony Banks, impression de premier spectacle de Genesis dans une entrevue.  Et Diane Dufresne, notre grande Diva intronisée au Panthéon de la musique canadienne, une première pour une francophone. Remarquable lors du tour de chant des actualités d’André, on a pu constater que comme vocal, on est pas pire comme chorale ou backing vocals.

Scoops de Dernière Heure de cette semaine

Passons maintenant à notre invité d’honneur Richard Z Sirois, venu nous entretenir sur son livre Le Vinyle de l’Insomniaque et les palpitantes histoires personnelles de spectacles et les impressions et cas vécus de ses choix musicaux expliqués dans ce livre. Et  bien sûr, d’autres anecdotes cocasses, d’incomparables moments de cet amour pour la musique Rock dans tous ses styles.

À son adolescence, il débute à s’émerveiller devant toute cette musique écoutée chez lui. Sa mère l’impressionnait, sa mère était cool, elle écoutait Janis Joplin. Il voulait tout voir, il voulait tout connaître. Aux files d’attente pour acheter des tickets au Forum de Mtl, camping sur le trottoir inclus. À 13, 14 ou 15 ans, il explorait sa curiosité déjà avec les Pink Floyd et sa plaisante démesure des spectacles. Par ailleurs, il nous raconte lors d’un de ces spectacles de Pink Floyd à l’Autostade, lorsque l’avion explose à la fin de son trajet, le père d’un ami en a perdu son dentier ! Richard imaginait la prothèse descendre les marches, il dira que c’est le souvenir le plus marquant du show, en étant un tant soit peu dans un état second, dirons nous.

Fait exclusif, il a été au premier spectacle de King Crimson en Amérique du Nord. Comme primeur on ne peut guère mieux. Une suite de légendes en spectacle suivront avec les  premières de Gentle Giant, Emerson Lake And Palmer, The Clash. Il est en plus un fan inconditionnel d’Harmonium.

Histoire de grande chance inespérée, à la grande vente de fermeture du Forum, il veut acquérir le banc  numéro 13, chanceux ce chiffre, sur lequel il s’est assis à son dernier spectacle de U2 en 1992 dans cette inoubliable aréna. Demande officielle faite, le responsable notifie que ceci est impossible, qu’il était déjà réservé à un autre acheteur. Le préposé dit, je vais rappeler le client et vois si c’est possible de prendre un arrangement avec lui. Surprise, le client accepta. Le siège de la section 219 est bel et bien chez lui parmi toutes ses décorations.

Texte de André Thivierge  :
Un an après sa sortie en librairie, Richard Z. Sirois est venu directement de Matane pour partager ses souvenirs rock tirés de son best-seller, Le vinyle de l’insomniaque. En conversation avec André Thivierge, celui qu’on a d’abord connu comme célèbre membre du groupe humoristique Rock et Belles Oreilles a su captiver l’audience déjà gagnée d’avance avec ses aventures de jeunesse reliées à des passages de sa vie.

Dès le départ, Richard a partagé avec les rockers dans la salle son Top 5 des meilleurs albums de tous les temps. Sans surprise, c’est ce qu’il considère l’ultime album qui transcende les époques, Dark Side of The Moon de Pink Floyd, sorti en 1973 qui remporte la palme. Celui qui a vu tous les spectacles du groupe à partir de 1973 se souvient avoir perdu l’ouïe de son oreille droite parce qu’il était trop bien placé, près d’un immense haut-parleur.

Après avoir cité comme 2e album favori le premier album de King Crimson, Richard Z. Sirois nous a raconté sa première rencontre avec celui qu’il qualifie de Dieu Serge Fiori, alors que celui-ci est venu tout bonnement cogner à sa porte. Cette première de plusieurs rencontres avec lui illustre bien son admiration pour le chef-d’oeuvre d’Harmonium, L’heptade.

Après nous avoir longuement raconté l’histoire de son premier baiser sur la chanson Oh Darling de l’album Abbey Road des Beatles, son 4e choix, Richard et André ont partagé leur amour pour Genesis, dont Selling England By The Pound arrive en 5e position de ce palmarès personnel.

Richard Z. Sirois est un des rares chanceux qui ont eu le privilège d’être assis au Centre sportif de l’Université de Montréal en 1973 pour assister au premier spectacle de Genesis à Montréal. Il a raconté que son fils lui avait demandé d’aller voir Musical Box qui reprenait un groupe des années 70, Genesis. Richard lui a répondu qu’il avait vu l’original. De plus, il a eu le privilège d’assister au spectacle de The Lamb Lies Down on Broadway, dont peu d’images subsistent 50 ans plus tard. Il était tellement en état de choc de voir Peter Gabriel les cheveux coupés sans les costumes de sa tournée précédente qu’il disait à ses amis, ce n’est pas le vrai.

Plus de détails dans la première partie de la vidéo.

En deuxième partie d’entrevue, notre rocker insomniaque favori nous raconte en rafale de multiples souvenirs comme son baptême de feu du prog à la Place des Nations à l’été 1971 alors qu’il a entendu pour une première fois le trio Emerson, Lake and Palmer lors d’un spectacle présenté par un certain Géo Giguère. Richard nous rappelle que le contexte de l’époque était très différent alors que le claviériste, Keith Emerson expérimentait des nouvelles sonorité inédites avec son synthétiseur Moog.

Il nous raconte aussi sa rencontre avec le chanteur Sting de The Police au début des années 80 ainsi que d’Andy Summer en 2007 avec son fils. Citant son comparse Guy A. Lepage qui, dans la préface de son livre qualifiait Richard Z. Sirois de groupie de 14 ans dans le corps de son grand-père, ce dernier illustre à quel point il est un groupie dans l’âme.

Avec ce livre, on comprend aisément tout l’enthousiasme de la musique, que je qualifierais plus de grimoire musical tellement c’est rempli de magie. Juste à la lecture, nous sommes ensorcelés et évidement, le contemplatif des pochettes qui nous plonge dans notre jeunesse nous aussi. Les meilleurs moments de son exploration de la musique rock. (N.M.)

Il conclut en partageant une anecdote savoureuse à propos du spectacle de Metallica en octobre 2004 alors qu’une fan lui a fait une proposition qui n’est pas restée inaperçue pour ses fans sur place. Les rockers au Atomic Café étaient pendus à les lèvres du célèbre conteur pendant cette trop courte conversation qui aurait pu durer des heures. Plus de détails dans cette deuxième partie d’entrevue, mais aussi dans son fabuleux livre Le vinyle de l’insomniaque, disponible chez tous les bons libraires du Québec.

Les rockers de l’Atomic Café étaient pendus aux lèvres du célèbre conteur pendant cette trop courte conversation qui aurait pu durer des heures. Plus de détails dans cette deuxième partie d’entrevue mais aussi dans son livre Le vinyle de l’insomniaque, disponible chez tous les bons libraires du Québec.

En terminant mille mercis à nos belles, Muriel et Michelle, pour les images et visuels de ce rendez-vous. Sans oublier la technique sonore à notre spécialiste en la matière, François Doc Globenski. Et tous les membres présents à cette super soirée dont il fait tellement plaisir de revoir. Il ne me reste plus qu’a dire à notre invité Richard Z Sirois un bon retour à Matane. Merci pour le tout, vraiment, mais vraiment palpitantes anecdotes et tout le reste. Nos salutations au Bas-St-Laurent.

Séance photos avec notre invité

Sylvie Tremblay de la radio ACXIT, Richard, Yvon Paquette et  Daniel Plante

Tirage

Après chaque rencontre, pendant que nos invités et spectateurs parlent ensemble en sirotant un café ou une bière, nous faisons un tirage parmi ceux qui ont déjà acheté des billets. Il y a un choix de livres, CD, posters, etc. Bientôt, nous ferons une annonce pour ceux qui veulent acheter des tableaux de l’artiste Paul Gauthier.

Notre prochaine rencontre le 14 octobre prochain. Informations ici  

 

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

BANNIÈRE: MURIEL MASSÉ
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 491 542 Visites

Suivez-nous

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!