Actualités

Floyd Beatles Dédé

Dernière heure #186
En direct de la salle de nouvelles de Famille Rock!
Publié le 30 octobre 2023

Par André Thivierge, chef des nouvelles de Famille Rock

Pink Floyd lancera une édition spéciale d’Atom Heart Mother. – Pink Floyd a annoncé la sortie d’une édition spéciale de son album de 1970 Atom Heart Mother, le premier album numéro 1 du groupe, chez Pink Floyd Records le 8 décembre.

Cette nouvelle réédition, initialement sortie au Japon en 2021, contient des images de la suite d’Atom Heart Mother jouée au Hakone Aphrodite Festival – qui s’est tenu à côté du lac Hakone Ashinoko au Japon, les 6 et 7 août 1971 – et qui a été publiée à l’origine dans le coffret The Early Years. Le film a été amélioré à partir d’une bande originale récemment découverte. Il comprend également un mini-documentaire sur les coulisses du tournage. Hakone Aphrodite a été le premier festival international de rock en plein air du Japon.

Atom Heart Mother sortira sous la forme d’un coffret spécial de deux disques dans une pochette de 7 pouces, contenant l’album Atom Heart Mother sur CD et un disque Blu-ray contenant des images de la suite d‘Atom Heart Mother du festival Hakone Aphrodite. Le coffret contient également des souvenirs uniques : un livre photos spécial contenant de nombreuses photos rares et inédites, des reproductions du dépliant, de l’affiche, du billet de concert et du prospectus distribués lors de l’événement.

Le film 16 mm original de cette vidéo a été découvert dans le garage d’un fan. Le coffret contient non seulement les séquences live originales (avec l’audio du concert à Hakone Aphrodite), mais aussi des séquences en coulisses du groupe, entre l’aéroport, l’hôtel, la conférence de presse, le train à grande vitesse et la mise en place du spectacle.

Pink Floyd a également interprété Careful With That Axe, Eugene, A Saucerful Of Secrets et Echoes de l’album Meddle, alors inédit. Malheureusement, aucune vidéo officielle de ces morceaux n’a refait surface.

Une nouvelle chanson pour les Beatles et une réédition de leurs célèbres compilations rouge et bleu. – 1962-1966 et 1967-1970, les deux compilations classiques des Beatles – plus connues sous le nom d’albums «Red» et «Blue» – seront rééditées le mois prochain, nouvellement remixées et augmentées avec l’inclusion notable de Now and Then, la première «nouvelle» chanson des Fab Four depuis Real Love en 1996.

Les deux compilations ont été publiées pour la première fois en 1973, créées par Apple et EMi/Capitol en réponse aux bootlegs en vinyle 4LP appelés Alpha Omega Volumes I & II : The Story Of The Beatles, qui étaient annoncés sur les chaînes de télévision et les stations de radio aux États-Unis et vendus par correspondance. En fait, Allen Klein, le responsable des affaires commerciales d’Apple et des Beatles, a été à l’origine des deux collections officielles peu de temps avant d’être démis de ses fonctions.

L’album rouge commence par Love Me Do en 1962 et se termine par Yellow Submarine en 1966. Il ne contient aucune des nombreuses reprises des Beatles, ni aucune chanson écrite par George Harrison, toutes étant des compositions de Lennon-McCartney. Pour la nouvelle édition de 1962-1966, 12 chansons ont été ajoutées, dont If I Needed Someone (de Rubber Soul) et Taxman (de Revolver) de George. Twist and Shout, la dernière chanson enregistrée pour Please Please Me en 1963 par un John Lennon à la voix éraillée, figure également sur l’album, tout comme Roll Over Beethoven, chantée par George et présente sur With The Beatles (également sorti en 1963, bien sûr).

Revolver était sans doute sous-représenté à l’origine (il ne comprenait que Yellow Submarine et Eleanor Rigby). En plus de Taxman, «The Red Album» comprend désormais Got to Get You into My Life, I’m Only Sleeping, Here, There and Everywhere et Tomorrow Never Knows. Avec sept titres, on peut dire que le pendule est allé trop loin dans l’autre sens et qu’il est peut-être surreprésenté !

La grande nouvelle, c’est qu’une «nouvelle» chanson des Beatles, intitulée Now and Then, vient clore ce qui s’intitule désormais de manière inexacte 1967-1970. Comme Free As A Bird et Real Love, cette chanson est une vieille démo de John Lennon datant des années 1970 que Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr ont tenté de «terminer» pendant la période Anthology au milieu des années 1990. Le projet a été abandonné, apparemment parce que Harrison n’était pas très enthousiaste. Now and Then contient des éléments des sessions de 1995, notamment les parties de guitare de George, ainsi que des parties vocales et instrumentales enregistrées par Paul McCartney et Ringo Starr en 2022, ainsi qu’un nouvel arrangement pour les cordes. L’album est produit par Paul et Giles Martin. En parlant de Free As A Bird et de Real Love, il est curieux qu’aucune de ces deux chansons n’ait sa place à la fin de The Blue Album , alors que Now and Then l’a. En effet, la période 1967-1970 compte moins de titres ajoutés.

L’album 1967-1970 comporte moins de titres. Le seul ajout à ce qui était le premier disque de ce coffret 2LP est Within You, Without You de George, tiré de Sgt. Peppers. Le morceau I Me Mine de Harrison (la dernière session Beatles/Threetles jusqu’aux années 1990) est ajouté à ce qui était le LP 2, ainsi que Dear Prudence, Glass Onion, Blackbird, Hey Bulldog, Oh ! Darling et I Want You (She’s So Heavy).

En ce qui concerne les nouveaux produits physiques, les CD 1962-1966 et 1967-1970 restent des ensembles de 2CD. Les chansons supplémentaires ont été placées dans l’ordre chronologique. En vinyle, les deux titres deviennent des éditions 3LP. Des coffrets 6LP et 4CD sont disponibles, mais ils n’ajoutent qu’un étui.

Now and Then est également édité en vinyle 7 pouces avec Love Me Do en face B, dans des éditions vinyle de différentes couleurs. Il existe également des variantes en 12 pouces et en cassette. Le simple sortira officiellement  le 2 novembre.

Une bande dessinée sur André ‘Dédé’ Fortin – La mort de l’auteur-compositeur-interprète André « Dédé » Fortin, survenue le 8 mai 2000, a créé une onde de choc et bouleversé tout le Québec. Vingt-trois ans plus tard, Libre Expression fait paraître Dédé, une poignante bande dessinée scénarisée et narrée en images par Christian Quesnel. Cet opus raconte les grands jalons de la vie de l’homme et de l’artiste, de sa jeunesse à Saint-Thomas-Didyme, au Lac-Saint-Jean, au sein d’une famille de 11 enfants, à ses derniers jours rue Rachel Est, à Montréal, en passant par ses études en cinéma et sa carrière en musique.
 
Tout au long du récit, des personnes ayant connu et côtoyé André Fortin, dont des membres de la famille, des ami·es et des gens du milieu artistique, viennent ponctuer la bande dessinée de témoignages éclairants sur l’homme et son parcours. Mais le principal narrateur, c’est André Fortin lui-même, qui livre ses états d’âme et ses sentiments. En résulte un portrait tout en nuances d’un être extrêmement sensible, talentueux, drôle, intense, à la personnalité complexe.
 
Christian Quesnel a eu accès à une riche documentation, dont des lettres écrites par André Fortin. « Je me suis intéressé à l’homme, au-delà de l’icône et du personnage public, explique-t-il. Je souhaitais rendre compte de la vie d’André Fortin en préservant sa dignité. La démarche s’est apparentée à une enquête à partir de fragments et de témoignages, de façon à m’approcher le plus possible de son essence. »

Le livre, offrant une préface de Jim Corcoran sera en librairie le 13 novembre. 

Un documentaire sur Brian Jones, le premier leader des Rolling Stones – Découvrez la bande-annonce de The Stones and Brian Jones, le documentaire de Nick Broomfield sur le cofondateur des Rolling Stones.

À l’âge de 14 ans, le documentariste Nick Broomfield a rencontré par hasard Brian Jones, cofondateur des Rolling Stones  (et premier leader du groupe), dans un train. Six ans plus tard, après avoir été exclu du groupe de rock, le guitariste a été retrouvé sans vie au fond de sa piscine en 1969, à l’âge de 27 ans. Au cours des décennies qui ont suivi, le cinéaste de 75 ans s’est demandé pourquoi le rockeur dans le train était mort si jeune.

« Je suis allé frapper à la porte et nous avons bavardé pendant une vingtaine de minutes, raconte Broomfield à Rolling Stone. Il était très classe moyenne et poli, et il m’a révélé qu’il adorait les trains. Et environ six ans plus tard, il est mort. Je me suis toujours demandé ce qui était arrivé à cette personne qui semblait si bien dans sa peau, heureuse, célèbre et prospère. »

En ce qui concerne l’implication des Stones survivants, Broomfield dit qu’il connaît Mick Jagger et certains des membres du groupe, mais « ils ont un besoin extrême de contrôle », et il ne les a donc pas impliqués dans le documentaire.

« L’une des raisons pour lesquelles il n’y a pas de films sur cette période est que personne n’a jamais été capable d’en faire un. Nous avons donc fait ce film et l’avons montré aux gens par la suite, explique-t-il. Bill Wyman s’est joint à nous, ce qui était formidable, car c’est lui qui tenait le journal et prenait les notes des Stones. Il a tous ces journaux dans son bureau – chaque jour, il notait ce qui se passait. »

M. Broomfield révèle qu’il lui a fallu plusieurs années, à lui et à son équipe, pour rassembler tous les documents d’archives utilisés dans The Stones and Brian Jones, et que « la plupart des séquences n’ont jamais été vues auparavant ». Il a employé trois archivistes à temps plein et a rassemblé des montagnes de matériel parce qu’il voulait que le public reste dans les années 1960, sans en sortir avec des interviews d’aujourd’hui.

« Lorsque nous avons montré le film à Bill Wyman, l’archiviste qui possède toutes les séquences, il a été stupéfait parce qu’il ne l’avait jamais vu auparavant, raconte Broomfield. Je pense que lorsque vous pouvez surprendre le propre archiviste des Stones, c’est que vous vous en sortez bien. »

The Stones and Brian Jones est « une célébration des Stones » qui explore « la lutte de pouvoir qui a eu lieu » entre Jones, Mick et Keith, déclare Broomfield. Il devrait également mettre un terme aux étranges théories de conspiration qui entourent la mort de Brian Jones : « Brian était tellement mal en point qu’il était son propre pire ennemi. »

The Stones and Brian Jones sortira le 17 novembre en salles et en vidéo sur demande chez Magnolia Pictures. (source : Rolling Stone Magazine)

 

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  ! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 500 502 Visites

Suivez-nous

To Top

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!