Chroniques

Uriah Heep Mick Box

Guitariste émérite selon Murray #91
Mick Box
Publié le 9 février 2024

Par Normand Murray

Mick Box

Un des plus grands guitaristes

Mick Box  est né le 9 juin 1947 à Walthamstow en Angleterre. Guitariste pour Uriah Heep, après avoir fait partie des Stalkers et le groupe Spice. Il est le seul et unique membre qui a été depuis le tout  début d’Uriah Heep. Depuis 1969, la création du super groupe.

Les écoutes de sa jeunesse se campent dans les légendaires rockers du temps. Elvis Presley, Chuck Berry, Little Richard et sûrement le killer Jerry Lee Lewis. Il se met au foot mais ceci n’est pas sa tasse de thé, avec un rendement peu enviable. Dès lors, la destinée le met en présence de vouloir être guitariste.

Il commence à prendre des cours. Et à ses débuts, les guitaristes de jazz sont dans son collimateur. Assez rapidement, il opte pour les électrifiantes légendes du rock comme Buddy Holly et Eddy Cochran. Des tonalités et orchestrations complètement différentes pour  ce qui est de Buddy Holly. Puis, inévitablement, les Beatles, les Rolling Stones et les Who rentrent dans son décor musical.

Un rappel de ses influences : Barney Kassel, Django Reinhardt, Lespaul et Mary Ford, célèbre couple et grand luthier. Aussi Tal Farlow, section jazzée stylisée et celui qu’il a toujours considérer comme un peu son mentor du spiritisme de la guitare, nul autre que Jeff Beck.

Orphelin de père à un jeune âge, il est élevé par sa mère et il lui dit qu’il veut faire carrière dans la musique. Bon départ, sa mère l’encourage à faire comme tel.
1965  – Entrée dans cet univers avec la formation The Stalkers (Les Braqueurs!).Un Beat Band avec un savoureux mélange de R’and’B, rock, rock and roll et doowop late 50’s early 60’s en Angleterre.

1967

The Stalkers: Dave (Byron) Garrick, Mick Box, Rog Penlington, Richard Herd et Alf Raynor

1967  – Avec la venue du chanteur Dave Byron, une popularité grandissante se fait sentir. Voulant faire plus professionnel, ils changent de nom pour Spice, avec la société de production de Gerry Bron, Hit records productions. Advient un contrat d’enregistrement avec la maison United Artists. Un single s’inscrit dans le début palmarès avec les chansons, faces A et B, What about music et In Love, signées Mick Box et David Byron, (qui prit le nom de Garrick, son vrai nom). Avis aux collectionneurs ce simple est devenu une rareté, mais est disponible sur le coffret d’Uriah Heep A Time For Revelation-25 Years On, sorti en 1996.

D’autres titres similaires ont été enregistrés en 1994 sur The Landsdown Tapes. La transition Spice/Uriah Heep. Spice fait les soirées des night clubs populaires et deviennent des performants permanents du célèbre Marquee de Londres, tout aussi célèbre que le Cavern Club.

1969 – Album complet Spice (Pré-Uriah Heep)

Le temps est venu d’enregistrer un 33 tours, leur manager producteur Gerry Bron, leur trouve un nouveau nom et adieu Spice. Bienvenue Uriah Heep. De cet album intitulé Very’ Eavy…Very Humble (1970), s’ajoutera une autre figure dominante d’Uriah Heep, le claviériste multi-instrumentiste et compositeur Ken Hensley (ex-The Gods). C’est là que Mick se soudera à jamais à Uriah Heep.

Faut absolument révéler qu’Uriah Heep était dans le monde rock de nature assez heavy. Il formait le quatuor de luxe du monde rock aux côtés des Led Zeppelin, Deep Purple et Black Sabbath. Ceux-ci tenant le haut du pavé dans l’océan rock de la planète.

L-R John Wetton, David Byron, Mick Box, Ken Hensley et Lee Kerslake.  Photo : Fin Costello

1973

Mick Box et David Byron. Photo : Charlie Gibb

Que dire des tournées dans 53 pays plus de 40 millions d’albums vendus ? Une discographie studio de 24 long jeux des innombrables compils. Comme on dit, ils ont une encyclopédie de musique pour vous charmer et ce, dans bien des styles, mais toujours dans le fondement rock de Mick Box, lui qui a vu défiler bien des musiciens et chanteurs sous le férule d’Uriah Heep.

Les à-côtés.

Juste une petite idée des 10 albums ayant changé sa perspective musicale. Jeff Beck – Truth (1968), The Beatles – Sgt Pepper Lonely Heart’s club Band (1967), Buddy Holly and the Criketts – The Chirping Criketts. Petite anecdote, le criquet qui faisait office de backing vocal lors de l’enregistrement de ce long jeu, a été la raison du The Criketts (1957), Eddy Cochran, The 12 Biggest Hits (1960), The Shadows, The Shadows Album, le génie d’Hank Marvin la Whammy Bar mis en évidence en 1961. Led Zeppelin le premier éponyme (1969), Joe Walsh The Smoker they get the player you Get (1973), Deep Purple In Rock (1970) et pour terminer, plus récent, Roger Waters, Amused To Death (1992).

Il a également fait un album avec David Byron Take no Prisonners (1975). Personnellement, Mick a été très très à l’écoute des années 70 et celles des années 90, en ce qui concerne Uriah Heep.

Plus récemment avec Uriah Heep,  Outsider en 2014. Et Living the Dream en 2018.

2019

Évidement, aujourd’hui, toujours actif, un projet de 2023, The Master Project. Un single avec la chanson A drummer’s Heart Will never Die écrit spécifiquement pour le batteur Lee Kerslake, ayant joué pour Uriah Heep évidement et également pour Ozzy Osborne.

 2023

Maintenant ses précieuses partenaires de scène, ses guitares 

Débutons par sa première, achetée dans un Pawn Shop pour 10 livres et dix pences. Maman assumait la facture. Une Telston qu’il possède toujours. Il en possède une quarantaine réparties autour de la planète sur trois continents. Certaines en Australie, d’autres aux États-Unis et en France. Étrange tout de même, aucune en Angleterre. 

Début Uriah Heep, le fabricant américain Gibson lui fournit les trois modèle usuels, tels le Lespaul Les SG et les ES- 335. Washburn le prend sous son aile pour un temps, électrique et acoustique. De même que Yamaha avec des Pacificas entre autres. Ses Signatures Carapelli, des Mick Box Spécial et la S4, symbolisée par au bas de son corps une croix de fer. L’insigne Rocker des temps hard rockers.

En ce qui a trait aux acoustiques, on y retrouve les Martin D35 et également du luthier tchèque, Furch Guitars et du luthier anglais, Fylde Guitars. Évidement les Fender Stratocasters, les Aria, les Charvels, Peavy, Ruckangas guitars et pour terminer, des Epiphones de toutes sortes. 

Dans son cas, il est de mise de dire, et ce bien méritoire et en toute honneur. Que l’on dit que c’est la réputation qui compte. Ça colore la perception des gens avec toute l’importance et le bonheur apporté à ses fans et rockers de ce monde. Par la constance et son grand amour du rock, il a transmis au fil du temps, en tant qu’un des plus grands guitaristes. Évidement, compositeur, écrivain des temps passé et présent et futur, en mode créative à plein temps.

Une ébullition infernale a brulé de tous ses feux dans la grande planète Rock. Un pouvoir immense a cheminé à ses cotés et ça, bien, nous le savons tous, Gloire à Mick Box.

 

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Merci de nous aider en contribuant à notre campagne de financement. Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 472 143 Visites

Suivez-nous

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Fabriqué au Québec!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!