Albums

Harmonium, L’Heptade

Le top 100 de Ricardo # 4 
Harmonium, L’Heptade
Publié le 16 février 2023

Par Ricardo Langlois

 L’Heptade, Harmonium (1976)

Le 15 novembre 1976, le Québec accueille cet album historique en même temps que le Parti Québécois qui prend le pouvoir dans l’espoir du Pays Québec. Nous sommes jeunes. Nous sommes au cégep. C’est le retour à la terre. C’est la popularité de Genesis, le groupe préféré des québécois. Pour moi, cet album est le chef-d’œuvre ultime.

Serge Fiori et Michel Normandeau font des recherches autour du chiffre 7. Avec sept musiciens et sept chansons. Il y a aussi les sept chakras, les sept niveaux des Rose-Croix etc. Le personnage de l’album, le narrateur, qui est-il ? Le Québécois à la recherche de la terre Promise. J’ai souvent songé au rêve de Serge Fiori.

À Serge Fiori (1)

1– Quand on pense on ne sait pas On pense pour comprendre
Il faut continuer à penser même si On ne comprend pas ce que l’on pense.
Comme toute pensée est fragmentaire
L’abondance de pensée nous rapproche du Tout.

2– Le pèlerin (moi) voyage pour trouver celui Qui le rêve.
Jamais la terre promise me révèle son secret À l’avance.
Au fond, l’effet précède la cause.
L’origine du monde est à définir.

3– Chaque individu est une manifestation éphémère du Tout. L’individu est mortel. Le Tout est éternel. La mort est une illusion individuelle.

4– L’homme meurt d’innombrables fois dans la vie.

Fiori ne veut pas chanter en anglais

Harmonium est tellement populaire que CBS demande à Fiori de chanter en anglais pour sortir l’album aux States. Il refuse. Certains pensent à l’argument nationaliste de l’auteur- compositeur. Pas question, non plus, de faire une tournée avec Supertramp. Pourtant, Serge acceptera le deal de jouer en Europe. En compagnie de Supertramp, le groupe participe donc, en 1977 à une tournée des principales villes francophones d’Europe : Paris, Bruxelles, Bruges, Lyon, Marseille et Genève.

Fiori est un grand fan de Roger Hodgson, le leader du groupe anglais dont il apprécie le travail thématique et la recherche personnelle. Une solide amitié se forge. Il deviendra l’ami de Jaco Pastorius, le plus grand bassiste de l’histoire du jazz, qui a connu une fin brutale à l’âge de 35 ans. (2)

Transformé par Fiori

En écoutant, l’Heptade, on pense à notre jeunesse, nos rêves d’espoir. J’étais à Mirabel avec Denis, Serge (mon chum) et le fils de Gilles Vigneault. On fumait. On buvait de la bière. Nous avions soif de sagesse. On a fait des trips incroyables. Je l’avoue, je voulais rester avec Denis. Pour moi, c’était la vie rêvée. Écrire des poèmes, couper du bois pour se chauffer. Je ne suis pas le seul à avoir été transformé par Serge Fiori. Richard Z Sirois lui rend hommage dans son livre Le vinyle de l’insomniaque (3)

Cet album, je l’ai porté pendant de longues années de ma vie comme un sac à dos confortable. Ma façon de penser ma vie a été différente à partir de ce vinyle et de ses chansons. C’est pas compliqué, je voulais être cool comme Serge Fiori. C’est beau ce qu’il dit parce qu’on cherchait des repères. La musique (le rock progressif) nous a supportés, nous a transformés à jamais.
Plus on est loin
Plus on se ressemble
Le repos, c’est mourir
Pour apprendre à vivre,
C’est mourir quand il le faut

Le corridor

Observer les signes ? L’appel au détachement des désirs. Ou se libérer de la peur ? Il faut traverser plusieurs tempêtes intérieures, il me semble. Il y a de la rage, la nostalgie comme exutoire (ça c’est moi). Je pense à la luminosité du poème :
Chacun devient le premier homme
Sorti d’une autre forme
La Terre lui fournit un visage
La Lune lui donne son langage
S’il pouvait voir le premier ciel
Avant qu’on lui coupe les ailes des yeux
Ça peut tout mélanger
La première lueur
Des mains, ça reste toujours bien fermées
Quand tout le reste a peur
Ah, mhh, mhh

L’amour s’est trouvé un amant
Couché sur une corde d’argent
Une rose noire entre les dents
L’enfant deviendra grand
Quand ses jouets vivront sur place
Il aura laissé sa trace
Une voix, ça tremble la première fois
Ça dit n’importe quoi
Des doigts, ça ramène tout vers soi
Ça fait n’importe quoi
Seul comme un roi
Il n’a que l’écho de sa voix
Seul dans sa peau
Il se perd comme un rond dans l’eau
La roue qui tourne sur elle
Va s’envoler pour voir le premier ciel
Il a perdu ses ailes
Il peut grimper lui-même dans son échelle
(Le premier ciel, face 2)

Comme un sage

Avec Harmonium, nous sommes loin du cynisme vulgaire de notre époque. Le nihilisme des réseaux sociaux. Un ancrage dans la transparence symétrique. Fiori écrit avec son âme. A mi-chemin des grands chemins, il chante, il se psychanalyse. Il joue avec les forces mystiques. Un karma qu’il remet en question. En même temps, L’Heptade dépasse la notion du temps. Il nomme la fleur noire et la neige noire (pour une blanche cérémonie). Il deviendra pour les baby-boomers, un homme qui cherche la Lumière. Il philosophe dans un jardin de pierres.

L’Heptade est une œuvre à part. Atteindre la Lumière par l’écriture et le chant. L’individu et sa petitesse. Le Québec comme métaphore au Pays. Sur le plan de la créativité, Fiori travaille à son rythme : il ne peut mesurer le temps que mettra une chanson à naître : parfois cinq minutes, parfois cinq jours, parfois cinq mois. L’exil a mis cinq mois avant de venir au monde … De l’improvisation écrite car improviser s’avère le plus grand talent de Fiori.(4)

Dis -moi vers quel abri
Je vais pouvoir voler
Comme tu voles mon pays
Une cage
Cache ton visage
Le monde m’enrage
( L’exil , paroles et musique, Serge Fiori )

En conclusion
Existe-t-il un meilleur porte-voix que Fiori ? Aujourd’hui, nous sommes huit milliards sur une planète qui s’essouffle. J’ai l’espérance d’un monde meilleur. Malgré les centaines de ténèbres pour reprendre l’expression de Leonard Cohen.

L’Heptade a coûté 90 000$ à produire en 1976. L’album s’est vendu à 300 000 copies. J’ai conservé l’édition originale (le ciel rouge). L’album fut numéro 1 le 8 janvier 1977.

Notes
(1) À Serge Fiori. Ce sont des réflexions que j’ai retranscris en m’inspirant de Alexandro Jodorowsky.
(2) Biographie Serge Fiori, S’enlever du chemin Édition du Cram
(3) Richard Z Sirois, Le vinyle de l’insomniaque p. 93.
(4) Biographie Serge Fiori. P. 108-109.

Ricardo Langlois est chroniqueur musical pour Famillerock.com et chroniqueur de littérature pour lamétropole.com. Son 5 e livre de poésie, Mille soleils, est disponible.

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 500 690 Visites

Suivez-nous

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!