Chroniques

Histoire noms d’artistes

Comment ont-ils obtenu leur nom # 2
The Bay City Rollers, The Beach Boys, The Beatles, Beau Brummels, Bee Gees. Black Sabbath, Cilla Black, Blood, Sweat and Tears, Blue Cheer
Publié le 11 juin 2023

Recherche par René Maranda

The Bay City Rollers 

En cherchant un nom, ils ont enfoncé une épingle sur une carte du monde au hasard. Elle a atterri sur Bay City, au Michigan.

The Beach Boys 

Un groupe californien appelé The Pendletones a enregistré une chanson pour Hite Morgan chez Candix Records intitulée «Surfin'». Après que les disques aient été pressés, on a découvert qu’un jeune agent de promotion nommé Russ Regan avait changé le nom du groupe pour le lier plus facilement aux autres groupes de surf. Bien que le groupe ait été furieux, le budget limité signifiait que les étiquettes ne pouvaient pas être réimprimées et le nom est resté.

The Beatles

Le bassiste original Stuart Sutcliffe a créé les Beetles en 1960, qui était une pièce de théâtre sur les Crickets de Buddy Holly. John Lennon a ensuite modifié l’orthographe en Beatals avant de rencontrer le poète de 19 ans Royston Ellis qui a suggéré B-E-A-T-L-E-S comme double jeu à la fois sur la poésie beat et la musique beat.

Beau Brummels 

Le groupe de la région de San Francisco a pris le nom de Beau Brummels par respect et par amour pour la musique beat britannique. Beau (George Bryan) Brummel était un jeune Anglais élégant qui a vécu de 1778 à 1840 et était connu pour son esprit très railleur et ses vêtements raffinés. Il a affirmé un jour que ça lui prenait cinq heures pour s’habiller.

Bee Gees

Bien que la presse les appelle souvent les «Brothers Gibb», le groupe a déclaré qu’il tenait son nom de deux amis qui les a aidés à ses débuts en Australie, Bill Goode et un disc-jockey du nom de Bill Gates.

Black Sabbath

Nommé d’après un film d’horreur de 1963 mettant en vedette Boris Karloff.

Cilla Black

La chanteuse britannique Cilla Black, dont on se souvient pour son succès numéro un au Royaume-Uni «Anyone Who Had a Heart», a vu son nom de scène changé par accident. Un journaliste du journal local s’est souvenu de la mauvaise couleur comme nom de famille en écrivant une critique favorable. Son vrai nom est Cilla White.

Blind Faith

L’histoire raconte que le photographe Bob Seidemann a été embauché pour prendre une photo pour la couverture du premier album d’un groupe de rock récemment formé. Seidemann a eu l’idée d’utiliser une jeune fille pour la photo mais n’avait pas de modèle particulier en tête. Dans le métro de Londres, il a vu une fille qui serait parfaite et lui a demandé si elle aimerait figurer sur une pochette d’album. Il s’est rendu chez elle pour demander à ses parents la permission de poser seins nus. Ils ont accepté, mais la fille a changé d’idée. La sœur cadette de la jeune fille a alors supplié ses parents de la laisser poser à la place. Ils ont accepté et la sœur cadette a fini par poser pour la photo que Seidemann a surnommée «Blind Faith». Eric Clapton a tellement aimé le titre qu’il l’a choisi pour le nom du groupe.

Blood Sweat and Tears 

Le fondateur du groupe, Al Kooper a trouvé le nom lorsqu’il était au téléphone avec un promoteur, tout en regardant la couverture d’un album de Johnny Cash. L’album s’appelait «Blood Sweat & Tears». L’inspiration pour le nom du groupe n’est pas venue de la citation de Winston Churchill, «I have nothing to offer but blood, toil, tears and sweat», (« Je n’ai rien à offrir que du sang, des efforts, des larmes et de la sueur »), comme cela a été largement rapporté lorsque le groupe a commencé à attirer l’attention en 1967.

Blue Cheer

Blue Cheer était le surnom donné au LSD de bonne qualité dans les années 60.

 

Merci de nous aider en contribuant à notre campagne de financement. Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone
 

BANNIÈRE : MEL DEE
WEBMESTRE : MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE

TRADUCTRICE : JOHANNE JODOIN

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 501 544 Visites

Suivez-nous

To Top

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!