Chroniques

Joey Santiago Pixies

Guitariste émérite selon Murray numéro 82
Joey Santiago
Publié le 3 juillet 2023

Par Normand Murray

Joey Santiago

Grand guitariste unique en son genre

Joseph Alberto Santiago dit Joey Santiago, né d’une famille aisée, son père étant anesthésiste-réanimateur chirurgical, le 11 juin 1965 à Manille aux Philippines. Il immigra à 7 ans avec sa famille à Yonkers New York, suite à un décret du président Marcos qui instaurât la loi martiale en ce pays. Par la suite, autre déménagement à Longmeadow au Massachusetts où Joey étudie au Longmeadow High School puis il est diplômé à l’Académie Wilbraham & Monson en 1983.

Première approche musicale à huit ans alors qu’il prend l’orgue comme instrument mais non sérieusement, en passant une Hammond B3 qu’il partageait avec ses cinq frères. À neuf ans, il repère sur le mur de son frère une guitare classique dont son frère avait seulement comme décoration accrochée à ce mur de sa chambre. Première chanson joué est Rock And Roll des Velvet Underground. Adolescence il s’intéresse à l’informatique, nommant son ordinateur Iggy en l’honneur d’Iggy Pop.

Photo de famille

1983, après son diplôme, il fait ses études à l’université du Massachusetts à Amherst en science économique. La rencontre qui changea sa vision de son avenir, celle avec de Black Francis, celui qui admirait les Beatles et Donavan des années 60 et qu’il l’entendît jouer de la guitare avec son colocataire. Un lien se fit etc’est la mixité des goûts musicaux. Joey était amateur de punk rock des années 70 et un grand fan de David Bowie. Joey initia donc Francis Black au punk rock et enregistra un démo à deux guitares sans toutefois élaborer plus loin ou penser à un futur projet.

Petit incartade en septembre 1985, Francis déménage à Porto Rico pour poursuivre ses études universitaires. Deux choses qui lui causait un malaise, premièrement le dortoir universitaire n’était composé à demi que de jeunes Portoricains homosexuels extravertis et avec son peu de connaissance de l’espagnol, le mal du pays le saisit assez rapidement. Il rentre à Boston après six mois, en mars 1986.

Pixies

La phase Pixies s’amorce, Francis parvient à convaincre Joey de quitter ses études et de monter un groupe. Dès lors, la phase composition se met en branle. 

The Pixies

Juin 1986, ils mettent petite annonce dans le journal local, Le Boston Phoenix, se cherchant un bassiste qui sache chanter et ayant un penchant entre, tenez-vous bien, entre Peter Paul and Mary et Husker Dü. Une seule personne répondit, Kim Deal. Et dès le début, la voix de celle-ci s’avéra parfaite, même si elle n’avait jamais joué de la basse. Ça leur prenait un batteur, une vieille connaissance du mari de Kim se pointe, David Lovering.

Il restait à se trouver un nom pour le groupe. Joey regardait souvent le dictionnaire anglais car l’espagnol étant sa langue maternelle la plus utilisée. Il regarda par un pur hasard un mot qui signifie petit elf malicieux. Après deux choix comme Pixies in Panoply ou Things on Fire. Ils optèrent pour Pixies, qui fut définitivement adopté.

Contrat de disque

Se joignant à 4 AD, une maison de disque indépendante britannique. Premier enregistrement d’un mini album Come On Pilgrim (1987). Cet album utilisât huit trames sonores des ses démos et s’établissant comme étant avec ce début comme un groupe puissant dans la sonorité typiquement guitare. Santiago lui innovateur angulaire lead avec l’évidence dans des compositions comme sur Surfer Rosa 1988 avec deux pièces tel Holiday Song et Vamos plutôt heavy et établis en forme frénésie musical assez haute tension merveilleusement alternatif Punk.

1988

1989, en Grèce, chanson Vamos, Quel solo de guitare!

Par contre avec Doolittle, un punk rock un peu moins dur, avec leurs meilleurs chansons la doucereuse Here Come Your Man et la féroce ouverture d’Un Chien Andalou (Debaser) qui distingua le chimérique alternative punk, jeu de guitare de Joey Santiago. Après la parution de deux autres albums Bossanova et Trompe Le Monde, démembrement des Pixies avec des frictions intérieures au sein du groupe en 1993.

1992

C’est alors que s’annonce une association avec Frank Black avec des albums éponyme de ce nom en 1993. Frank Black, Teenager of the Year (1994) poursuivant les années 2000 avec Dog in the Sand (2001) en 2002 Devil’s Workshop, en 2003, Show me your Tears et en 2004, Frank Black Francis.

Kim Deal, Joey Santiago, Frank Black et David Lovering, 1992. (Photo : Clayton Call.)

Après, il forme The Martinis avec son épouse Linda Mallari et en 2004 Smitten et The Smitten Sessions verront le jour. À noter que Joey avait une influence de Joe Pass, grand guitariste émérite de jazz avec aussi du Chet Atkins et Wes Montgomery et aussi bien que Jimi Hendrix et Iggy Pop. Petit retour essentiel les Pixies formèrent une force dans la fin des 80 ‘s et au début des 90’s en matière d’Alternatif Rock.

Joey Santiago et Linda Mallari

2007

Un admirateur inconditionnel d’eux fut Kurt Cobain soit dit en passant. Suite à des contrats en 2006 de commerciaux (gigs) et de film,s il fit une apparition sur scène avec The Martinis pour un concert bénéfice en 2007. Une multitude d’apparitions de 1994 à 2008 à de différents spectacles indépendamment de sa carrière. Le nom des Pixies est ravivé avec deux parutions en 2014 Indie Cindy et en 2016 avec Head Carrier.

2018

Maintenant consacrons le segment guitares de Joey Santiago. Commençons par la collection Gibson avec des bijoux comme la Gold Top Lespaul De luxe (2021), copies de celles des années 70. Sa Gibson Black Beauty Bigsby 1957, une Lespaul Gold Top 1960. Et les ES Séries de Gibson la ES- 345 1965 rouge et une ES 355 également des 60’s.

Varions le menu avec une Dussenberg Starplayer LTD Mike Campbell, une Ovation Viper électrique avec inscription Viper sur le protège pick. Et deux PRS Starla et une PRS Starla munie d’un Bigsby.

Il a été la force des Pixies et des Martinis dans sa capacité d’adaptation à tous styles confondus, mais toujours dans la qualité d’un grand guitariste unique en son genre. Un autre grand de la six cordes est né en grande, Senior Joey Santiago.

 

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique. Et, autre moyen pour nous aider est d’acheter les dessins encadrés de l’artiste peintre, Paul G. qui nous a offert ce magnifique don. 

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 508 122 Visites

Suivez-nous

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Fabriqué au Québec!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!