Chroniques

Macphail Genesis démocratique?

Le 6e Genesis #8
Une entrevue exclusive avec Richard Macphail, un témoin important des débuts de Genesis
Collaboration entre Famille Rock et l’Association Genesis-France
Publié le 28 mars 2023

Texte et édition : André Thivierge de Famille Rock  Entrevue : Paul Herlitschka de l’Association Genesis-France                

 

En juillet 2022, l’administrateur du site Genesis-France, Paul Herlitschka a eu le plaisir de rencontrer celui qui est considéré par plusieurs fans comme le 6e membre de Genesis, tant il a joué un rôle important dans les débuts de ce groupe mythique. Famille Rock est heureuse de s’associer avec Genesis-France pour vous offrir la 6e partie des extraits de cette entrevue qui aura duré en tout et partout deux heures.

Richard Macphail et Paul Herlitschka, 14 juillet 2022

Le choix, parfois arbitraire, aléatoire ou prémédité de décisions d‘ordre musicales conclues par cinq jeunes musiciens peut devenir déterminant pour des années à venir et engager toute la réputation des jeunes années de Genesis au point de pouvoir donner un nom de style que l‘on appellera progressif ! 

Vu de près, avec les yeux et les oreilles de Richard Macphail, c‘était comme peindre un même tableau à cinq peintres, dont le résultat dépendra selon l‘humeur du jour de ses visionnaires innocents. Mais, pour réussir, Genesis avait bien une formule qui a fait ses preuves dans ces premières années, pour consolider tous ses choix artistiques. Qui décide vraiment à la base ? Qui décode les signaux ?

On parlait de Tony Banks, de Mike Rutherford, de Peter Gabriel, les influents – et de Steve Hackett et Phil Collins, les seconds-rôles, lors de leurs débuts avec Genesis, le tout un peu dirigé par Richard ? Démocratie à la Genesis ?

Genesis-France (GF): cette attitude de Mike rejoint l‘idée de l‘esprit démocratique qui prévalait dans le groupe!

Richard MacPhail (RM) : oui! En fait, même si Tony Banks semblait diriger le tout: parce qu‘ il a toujours des opinions très tranchées et il les exprime sans retenue.

Phil m‘a raconté l’histoire d’une interview avec lui et Tony par certains journalistes américains. Puis ceux-ci faisaient une affirmation, je me souviens plus laquelle, et Phil de répondre oui, c‘est exactement ça! Puis à la surprise de Phil, Tony répond aux journalistes: NON! Ce n‘est pas ça du tout!

Et il y a une autre interview récente paru sur Youtube dans ce même cas, avec Mike, Phil et Tony assis sur un sofa et le journaliste euphorique devant Phil de remarquer impossible de remplacer un chanteur comme Phil Collins! et Tony rétorque: bien sûr que c’est possible, des exemples de groupes célèbres il y en a eu dans le même cas que nous.

Le journaliste dans l‘embarras essaye de changer de sujet, mais Tony, tel un os dans la gueule d‘un chien, ne lâche pas l‘affaire et revient: Fleetwood Mac! AC/DC…. et Tony énumère d‘autres groupes ayant un chanteur important qui a été remplacé. D‘un coup Phil s‘adresse au journaliste en excusant Tony et dit: on doit vivre avec ça tout le temps! (rires). Tony n‘écoute plus les questions qui viennent après, il continue de citer d‘autres exemples de groupes par souci de vérité, c‘est absolument tordant (il continue de rire fort)

GF: Donc, c’était un peu moins démocratique que supposé (rires) Mais, à l’intérieur du groupe même, comment se passait le choix des titres et des arrangements, c‘était la bagarre ou les musiciens acceptaient facilement les idées musicales des uns et des autres ou encore les titres qui devaient être retenu sur l‘album ?

RM: Wellll, no! En fait ils écrivaient ensemble. Si quelque chose ne convenait pas à quelqu‘un, ils changeaient la partie concernée. Ce n‘était pas un procédé toujours facile, mais c‘était efficace.

GF: à part pour Steve ? Il s‘est vu refuser ce qui est devenu Shadow Of Hierophant pour l‘album Foxtrot.

RM: Oui, mais c‘est un problème de groupe en général, c‘est un peu comme pour George Harrisson et les Beatles. Comme il n‘avait droit qu‘à une ou deux chansons par album, il a dit qu’il aurait fallu une centaine d‘albums des Beatles pour que ses idées musicales soient partagés équitablement. Et quand John a arrêté les Beatles, George vient avec un triple album, All Things Must Past!! Tu te rends compte, un triple album!!!

GF Steve s‘est contenté d‘un simple album solo (rires)….. Donc en gros, Genesis décidaient en comité pour le choix des chansons?

RM: en tout cas de mon temps, oui!

 

À suivre, Richard MacPhail se souvient quand ces amis lui ont présenté deux des premiers grands classiques du groupe, The Musical Box et Supper’s Ready.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  ! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 491 542 Visites

Suivez-nous

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!