Chroniques

The Who micro bio

Chronique  le rock selon Murray # 2
The Who
Publié le 6 novembre 2023 

Par Normand Murray

The Who

The Who, formation légendaire ayant évoluée dans les circuits rock à tendance mods, les rockers bien vêtus, dirons nous.

Membres

 – Roger Daltrey, au chant, à l’harmonica et à la guitare. Il a le lancer du micro le plus fulgurant jamais vu et il le ramène aussi vite. Tout un art.
 – Pete Townsend, au clavier et un des dix guitaristes prédominants du Rock. Compositeur incroyable. Énergique, son saut avec jambes écartées, un moment saisissant de la scène rock.
 – John Entwhistle, à la basse. Dans la trempe des dix meilleurs au monde. Le suivre n’est pas une sinécure, en forme solo constant, la Rickenbaker la plus subtile en exécution rapide du monde rock.
 – Keith Moon, nul besoin de présentation vu son statut de monument parmi la galaxie rock de cette planète. Sa façon particulière de tenir ses baguettes est unique.

Historique et chronologie

Premier nom, The Detours, qui en 1964 a changé pour The Who. Et se renomme les The High Numbers, le mod s’imprime avec un simple I’m the Face/Zoot suit. Reprise de The Who avec de solides performances très animées, avec un solide répertoire de Rand B. I Can’t Explain devenant le premier succès britannique accompagné par Anyway Anyhow Anywhere et My Generation du  même album (1965).

Dans leurs performances, Pete Townsend aura tendance à détruire sa guitare et Keith Moon, à réduire sa batterie en pièces, même par explosion, moment mémorable s’il en est un des Who en 1966.

Substitute, de l’album A Quick One (1966), dans le top 10. 1967Happy Jack perce les USA, top 40 et I Can’t see for Miles dans le top 10 suite à une performance au Montery Pop Festival en juin 1967. My generation et Summertime blues à la Who, du solide. Premier festival rock. Devançant l’île de Wright en 1968 et Woodstock en 1969.

1969  – Tommy l’opéra rock et chef- d’œuvre incontestable de toutes les critiques rock de ce monde. 

Transformant le Rock sous forme de néo classique en forme Art energy rock, si on veut. À souligner un live, le live At Leeds (1970). Shaking All over You à la Who, encore du solide. Advient le suprême Who’s Next (1971) avec un album complet de succès pouvant faire office de singles généralisés sans problème, ce que je qualifierait de long jeu Greatest Hits. BaBa O Reily, Behind Blue Eyes, Won’.t Get Fool Again, entre autres…

Le Magistral Quadrephonia de 1973 suit : Love Riegn On me, The Real Me, Dr JimmyThe Who By Numbers (1975). Face Dances (1981). It’s Hard (1982). Une longue pause qui semble être dure, It’s hard le dit.

Leur dernier concert, à Toronto le 17 décembre 1982  

Espaçons le temps. 2006  – Endless Wire, titre évocateur un fil sans fin, Who/Detour (2019).

Remarque : pour avoir arrêter de détruire tout dans les chambres d’hôtel, marque de commerce et faisant la une des potins rock à se maintenir dans la super rébellion. Le gérant des Who après une tournée va à la chambre des Who et leur remet une somme ridicule pour une série de concerts et maugréant devant ce fait, le gérant leur dit : les dommages aux chambres d’hôtel, sans toutefois dire celui des instruments, ça se paye. Dès lors, les hôteliers se sont mis à respirer, sachant les Who en ville.

Lors du malheureux décès de Keith Moon en 1978, Kenney Jones le remplaça, suivi (mi-1996) de Zak Starkey, fils de Ringo Starr toujours de la formation. Et autre décès celui de John Entwhislte (2002) remplacé par Pino Palladino très en demande parallèlement par de gros très gros noms, ces musiciens de haut calibre. S’ajoute le nom de Simon Townsend à la guitare, jeune frère de Pete, pour un bref instant mi-1996 et en permanence début 2002. Ces derniers seront des deux derniers albums Endless Wire et Who/Detour.

Simon Townshend, Roger Daltrey, Zak Starkey et Pete Townshend

2023

 

Merci de nous aider en contribuant à notre campagne de financement. Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Et, autre moyen pour nous aider est d’acheter les dessins encadrés de l’artiste peintre, Paul G. qui nous a offert ce magnifique don. Merci!

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

BANNIÈRE: RENÉ MARANDA
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 500 509 Visites

Suivez-nous

To Top

Fabriqué au Québec!

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus