Chroniques

Atomic Rooster mini bio

Chronique  le rock selon Murray # 1
Atomic Rooster
Publié le 27 octobre 2023

Par Normand Murray

Atomic Rooster

Atomic Rooster. Groupe britannique de rock, actif depuis 1969 à 1975 puis repris de 1980 à 1983. C’est avec l’accord de la veuve du claviériste, Vincent Crane décédé en 1989, qu’ils se reformeront en 2016 pour une série de concerts et autres enregistrements ultérieurs.

C’est en 1969 que le claviériste Vincent Crane et le batteur Carl Palmer, ex-membre du Crazy Wolrd of Arthur Brown, ayant eu comme succès mondial, le fameux Fire. Là où le clavier de Vincent est prédominant. Ils décident de former Atomic Rooster. Ils seront rejoints dès 1970 par le bassiste Nick Graham.

1968

Début 70 – Le premier album fait son apparition sous le titre d’Atomic Roooster avec 3 (o) qui obtient un succès commercial relatif, mais tout de même étonnant. Cet album à peine sorti, que Nick Graham quitte le groupe. On le remplace non par un bassiste mais bien par un guitariste, John du Cann. Fait inusité, Nick Graham aura été le seul bassiste de la formation. Si on fait exception de la formation de 2016 avec Shug Millidge.

Juin 1970 – Autre départ, celui de Carl Palmer, pour aller rejoindre Keith Emerson et Greg Lake pour le groupe légendaire néo-classique rock progressif,  Emerson Lake and Palmer.

1970

                        
Palmer étant remplacé par Paul Hammond avec la sortie du deuxième album Death Walks Behind You, septembre 1970. Déjà en 1970, qu’un seul membre original est encore avec Atomic Rooster, Vincent Crane.

1971 – Troisième album, In Hearing of Atomic Rooster. Un nouveau membre se joint à eux, le chanteur Peter French qui lui aussi quittera le groupe que quelques mois plus tard pour rejoindre Cactus. De la grosse pointure rock dirons nous, Fan de Cactus. Les déménagements se poursuivent. Fin 1971 – John Du Cann et Paul Hammond partent pour former Hard Stuff, style guitare agressive. Ils avaient une réticence au nouveau style de AR à devenir plus blues et soul. Nouvelle orientation de Vincent comparativement à la ligne plus progressive agressive du passé.

1971

Paul Hammond, Vincent Crane, John Du Cann.   Photo by Michael Putland

1972 – Un tout nouveau groupe refait surface avec l’album Made in England. Toujours avec Vincent Crane, s’ajoutent au chant, Chris Farlow, à la guitare, Steve Bolton et à la batterie Ric Parnell. Désormais la mouvance dans ce groupe est la règle.

Départ de Steve Boltona à la fin de 1972, remplacé par le futur Brand X, John Goodsall avec le pseudonyme de Johnny Madala. Cette nouvelle formation enregistrera en 1973 le 5ème album, le Nice And Greasy. Vincent Crane se sépare du groupe en 1974, une nouvelle fois de ses musiciens et décide de mettre fin à At omic Rooster.

1972

1980Deuxième phase d’Atomic Rooster avec reformation avec Vincent Crane et John Du Cann. S’enjoignant les services du batteur Preston Heyman et sortie de l’album éponyme Atomic Rooster avec que deux o cette fois-ci !

Il a été enregistré lorsque le groupe s’est regroupé après cinq ans de séparation, et ils se sont lancés dans un style brut, qui contrastait nettement avec celui de leurs derniers albums.

Peu de temps après la sortie de ce microsillon, surprise, un membre quitte le groupe, Preston Heyman. Désormais, les départs de musiciens sont monnaie courante, remplacement avec le revenant Paul Hammond.

1981John Du Cann quitte définitivement AR et est remplacé par Bernie Tormé.
1983Headline News fait son apparition avec nul autre comme guitariste invité de marque, David Gilmour de Pink Floyd.

Dissolution finale de Vincent Crane en 1984. Début de l’hécatombe à long terme parmi les membres. Février 1989, Crane décède d’une overdose de médicaments. Paul Hammond mourra en 1992 d’une over dose de produits illicites. John Du Cann, septembre 2011, crise cardiaque et son remplaçant Bernis Tormé lui, passera à trépas d’une double pneumonie en mars 2019.

Rétrospective de la carrière de Atomic Rooster

2016 – renouvellement de la formation avec l’accord de la veuve de Vincent Crane ayant sûrement tous les droits d’Atomic Rooster. Ceci débute par un concerta Clitheroe Lancashire, en Angleterre, 14 juillet 2016. La nouvelle formation comprend Pete French, Steve Bolton, Christian Madden aux claviers, le bassiste Shug Millidge et le batteur Bo Walsh.

Fidèles à la tradition, 2017 – Madden est remplacé par Adrian Gautrey. Fin 2017 – publication de Sleeping for Years : The studio Recordings 70-74, strictement cette période de temps enregistré sur cette compil.

Mars 2018 – un live, le Live at the BBC and Other Transmissions, album triple. Deux CD et DVD et une prestance avec Animal and Friends en Italie au Roi Music Hall de Turin. Par ailleurs les deux seul Box set d’Atomic Rooster seront publiés qu’en Italie.

Les membres actuels sont Pete French, chanteur (en 1971 et depuis 2016), Steve Bolton, guitare (1971 et 72 et depuis 2016), Adrian Gautrey, claviériste *depuis 2017), Shug Millidge, bassiste (depuis 2016) et Bo Walsh, batteur (depuis également 2016).

Malgré les déménagements à répétition, changements de personnel périodiques, ils ont su garder la flamme et les chants atomiques de ce coq encore très présent parmi la cohorte de fans d’Atomic Rooster.

Discographie originale (studio) : 1970, Atomic Roooster avec Palmer. Death Walks behind You (1970). In Hearing Of Atomic Rooster (1971), Made In England (1972). Nice.n’ Greasy (1973) et le réenclenchement de 1980 avec l’éponyme Atomic Rooster a deux “o” et Headline News avec Gilmour (1983).

 Pas moins de huit albums Live et 14 compils, de 1973 à 2008 avec Homework.

2023

 

Merci de nous aider en contribuant à notre campagne de financement. Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Et, autre moyen pour nous aider est d’acheter les dessins encadrés de l’artiste peintre, Paul G. qui nous a offert ce magnifique don. Merci!

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

BANNIÈRE: RENÉ MARANDA
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 444 557 Visites

Suivez-nous

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus