Spectacles

Queen à Boston

Queen à Boston spectacle et mini bio 
le 16 octobre 2023
Publié le 21 octobre 2023

Texte/Photos/Vidéos : Patrick Loiselle

Queen et moi

Étant né dans le milieu des années 60, j’ai manqué la période faste et les visites des mégas groupes britanniques dans les années 70. Led Zeppelin, Deep Purple, Black Sabbath, Pink Floyd, Genesis etc. Ils sont en effet tous venus nous visiter à plus d’une occasion, mais j’étais soit trop jeune pour les connaître ou qu’ils se sont dissous ou reformés sous une différente entité. J’aurais possiblement pu être en âge d’aller les voir. C’est vrai pour pratiquement toutes ces légendaires formations, sauf une, Queen ! Mon tout premier show à vie et on se souvient toujours de notre première fois, fut Freddie et les boys le 29 août 1980 au Forum. Mon amour pour les shows live à débuté en cette journée et c’est une aventure qui dure depuis plus de 40 ans et 500 shows plus tard.

1981 à Montréal

On connaît tous l’histoire de ce qui est arrivé au groupe par la suite, le décès de Freddie Mercury en 1991,  le super concert en son honneur à son endroit de prédilection, le Wembley Stadium, l’année suivante. Suivra par la suite une pause de plusieurs années et éventuellement la tentative plus ou moins concluante de l’association de Brian May et Roger Taylor avec le chanteur Paul Rodgers au milieu des années 2000. L’idée semblait bonne au début et même qu’un album en est sorti de cette période, The Cosmos Rocks en 2008, mais qui a cependant passé pratiquement inaperçu aux yeux du public. En 2009, les 3 comparses décidèrent d’un commun accord de terminer la relation et ce, de façon très amicale. Ça ne regardait pas très bien pour la suite!

De son côté, John Deacon avait joué avec le groupe une dernière fois en 1997, lors d’une soirée spéciale et a complètement disparu du public et n’a jamais voulu se reproduire live par la suite.

Mais, la vie est remplie de détours inattendus et assurément que personne n’aurait un jour pensé qu’un participant à la populaire émission américaine American Idol apporterait une nouvelle énergie et une deuxième vie au groupe. Ce fut cependant le cas et depuis maintenant 10 ans, Adam Lambert chausse les immenses souliers, à sa façon bien à lui, laissés vacants par Freddie il y a plus de 30 ans !


Donc, après leur tournée européenne l’été dernier, où le groupe en avait profité pour jouer une dizaine de dates au 02 Arena de Londres en juin 2022 et après une pause bien méritée par la suite, le groupe était maintenant prêt à nous présenter sa tournée The Rhapsody Tour. Malheureusement, un bémol important, cette tournée nord-américaine ne comportera que 15 villes pour l’instant et Montréal ne fait pas partie des villes choisies. C’est donc à Boston au TD Garden, domicile des Bruins, que j’ai décidé de me déplacer. J’y serai pour le 2e soir, puisqu’ils ont joué également la veille.

C’est dans un TD Garden rempli à capacité, les 2 soirs étant à guichets fermés, qu’on s’installe.

C’était ma première fois au Garden et c’est toujours un peu embêtant de choisir des sièges quand on ne connaît pas l’endroit et ses configurations ! Je connais le Centre Bell par cœur et je sais où je veux me positionner, mais ce soir-là, c’était autre chose. Plus de peur que de mal, mes sièges étaient super et on est prêts pour rocker. À noter que j’avais déjà vu Queen + Adam Lambert à 2 occasions dans le passé et je savais un peu à quoi m’attendre comme performance.

Le spectacle

Vers 20h20, les lumières s’éteignent et la scène s’illumine. Vraiment une scène unique. Comme une cage avec écran HD où des images sont projetées et cette cage peut monter et descendre selon les besoins. Vraiment très beau et superbement efficace. Le show débute avec une version raccourcie de Radio Gaga. Le son est clair et juste assez fort, on entend les instruments et la voix d’Adam Lambert survole facilement ce barrage sonore. Adam, c’est un excellent chanteur, mais tout comme l’était Freddie de son vivant. C’est aussi un performer et juste à voir son look, on comprend assez vite qu’on aura droit à toutes sortes de costumes. Comme premier accoutrement, ça pourrait ressembler à un mélange de KISS avec les bottes lunaires de 6 pouces et un look un peu à la Watchmen (film de super héros plutôt obscur). Il y aura plusieurs changements au fil de la soirée.

Le show est divisé en 5 actes en plus des rappels

Pour le premier acte, c’est assez standard, avec les pièces Hammer to Fall, Stone Cold Crazy et Another One Bites the Dust. Pour le 2e acte, Roger Taylor nous sert une excellente version de son I’m in Love with my Car, pour enchaîner ensuite avec Bicycle Race avec Adam bien installé sur une rutilante moto au bout du catwalk qui tourne à 360 degrés. Fat Bottomed Girl et une pièce que j’adore I Want it All termine ce 2e segment.


On revient avec une séquence plus standard pour le 3e acte, avec possiblement une sélection qui semble un peu moins connue par la foule et ça se reflète au niveau du feel dans la salle. Faut dire que les foules américaines sont à des années lumières de ce qu’on peut offrir comme ambiance ici au Québec et ça ne prend pas grand chose pour les étouffer! A Kind of Magic, suivit de Killer Queen où Adam est installé à son miroir et joue la Diva. Don’t Stop me Now, qui fut jouée de façon très énergique et Somebody To Love termineront ce 3e acte.


Pour le 4e acte, ça devient drôlement intéressant avec des moments plus intimes où les 2 vieux complices en profiteront pour chacun se mettre en évidence. Ça débute avec Bryan May, installé seul au bout du catwalk avec seulement sa guitare acoustique et une version émouvante de Love of my Life. Il chante vraiment très bien, mais ce n’est rien à comparer quand on voit un bout de film avec Freddie chantant le dernier passage, quelle puissance il avait. Vraiment un très beau moment.

Suivra ensuite ‘39, encore jouée de façon acoustique et seul sur scène. C’est maintenant au tour de Roger d’avoir son solo spot et ça débute avec un bout de film d’archives de son solo de drum à Montréal en 1981, pour ensuite partir sur le sien. Adam viendra ensuite le rejoindre et les deux nous interprèteront une excellente version de Under Pressure. Brian viendra finalement les rejoindre pour les deux derniers morceaux de l’acte, soit Tie Your Mother Down et Crazy Little Thing Called Love. J’ai adoré cette portion du show.

Ils ont réussi à donner de l’intimité à une grandiose production, devant plus de 15000 personnes, vraiment spectaculaire.

On se dirige maintenant vers le dernier droit et plusieurs de mes pièces préférées y figureront. Ça débute avec I Want To Break Free avant d’entamer la splendide et envoûtante Who Wants To Live Forever.

Tout le long du spectacle on sentait que Adam se réservait du jus pour le dernier sprint et définitivement qu’on était rendu là.

Performance vocale extraordinaire et le jeu de lumières avec laser était absolument de toute beauté et donnait une ambiance un peu sinistre. Très grand moment de la soirée. C’est également à ce moment que la cage éclairée a montré tout son potentiel, pendant le solo spot de Brian May. La cage est redescendue au niveau de la scène, mais Brian sur un élévateur se retrouvait situé au-dessus. L’image nous montrait la lune et ça donnait l’impression qu’il était dessus, vraiment un beau montage.

Son solo était pas mal « Space » également et concordait tout à fait avec l’ambiance du moment.

Assurément le moment le plus visuel de la soirée. Suivra ensuite Is This The World We Created, petit clin d’œil assurément à ce qu’on venait de voir comme décor. Le show se terminera avec un duo de pièces épiques dont la superbe The Show Must Go On avec une autre performance incroyable de Adam et finalement l’éternelle Bohemian Rhapsody, jouée au complet cette fois. Ceci terminera le 5e acte et après plus de 2 heures de spectacles, on se prépare pour les rappel, sachant très bien ce qui nous attend!

Après une couple de minutes d’applaudissements, revoici Freddie à l’écran avec son fameux Ay-Oh où toute la foule répondait en cœur et finalement on sentait un brin d’enthousiasme dans la salle. La plus iconique des intros au drum annonçait évidemment le début de We Will Rock You. Encore une fois, très belle participation de la foule. La suite de Radio Gaga, entamée en début de show, s’immiscera entre le 1-2 punch habituel, mais la soirée se terminera, comme il se doit avec la majestueuse We Are The Champions. Juste spectaculaire et j’avoue avoir eu le « moton » dans la gorge pendant.


Queen, ce n’est pas mon groupe préféré, mais il a tellement eu une influence majeure dans ma vie de rocker et de voir ces pièces d’anthologie live, pour possiblement une dernière fois, m’a un brin secoué je l’avoue. Un des grands shows que j’ai assisté et, pour avoir discuté avec plusieurs fans après le show aux nombreux bars du coin, le consensus était sans appel, tout le monde a adoré la soirée.

Si jamais Montréal pouvait recevoir ce spectacle, il est clair que j’y serai à nouveau!

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: MURIEL MASSÉ
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique. Et, autre moyen pour nous aider est d’acheter les dessins encadrés de l’artiste peintre, Paul G. qui nous a offert ce magnifique don. 

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 500 658 Visites

Suivez-nous

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus