Actualités

Ray Shulman 1949 2023

Hommage à Ray Shulman
À travers l’album Gentle Giant
Publié le 6 avril 2023

Par Jean-Jacques Perez

Angleterre 1970 – Label Vertigo

Le bassiste et violoniste de Gentle Giant, Raymond (Ray) Shulman s’en est allé de 30 mars dernier à l’âge de 73 ans. Occasion d’évoquer les débuts du gentil géant.

Ray Shulman. Gentle Giant. Credit Photo: Image: Gentle Giant Twitter

À la fin des années 60, début 70, peu de formations de pop progressive, à l’exception de King Crimson, peuvent se vanter d’avoir su imposer un style radicalement original dès le premier essai. Souvent cité comme une référence dans le monde du rock progressif, Gentle Giant n’est pourtant pas aussi populaire que ses contemporains de l’époque comme Genesis ou Yes. La faute à la sophistication et à la complexité de ses compositions poussées à l’extrême qui peuvent en refroidir plus d’un. Pourtant l’œuvre du géant vert mérite que l’on s’y penche sérieusement.

Créé à l’initiative des frères Shulman

(le chanteur/trompettiste/clarinettiste Phil Shulman, le saxophoniste Derek Shulman et le bassiste/violoniste Ray Shulman) au potentiel instrumental inépuisable, Gentle Giant est l’émanation du Simon Dupree & The Big Sound. S’entourant de musiciens confirmés dont le pianiste Kerry Minnear, diplômé au Royal Academy of Music de Londres, le groupe enchaine répétitions sur répétitions, interrompu par quelques concerts en première partie de Jimi Hendrix. Complété au line-up par le batteur Martin Smith ainsi que le guitariste Gary Green et après deux semaines d’enregistrement, sort en novembre 1970 sur Vertigo le premier album intitulé Gentle Giant.

Ce disque éponyme, composé de sept titres, n’est qu’un échantillon de la richesse artistique de Gentle Giant. Mais jette déjà les bases d’un rock progressif musclé sans concession. Tous les horizons musicaux sont passés à la moulinette. Dans un même titre on va du heavy rock blues au jazz, en passant par la musique médiévale, les polyphonies de la renaissance, le folk, la soul, le planant et cela dans une délicatesse et une élégance de toute beauté.

Bien évidement à l’écoute de Alucard, on pense rapidement à la musique de King Crimson. Mais ce Gentle Giant s’avère moins nihiliste et plus aventureux. Lié peut-être au chant extraverti de Derek Shulman qui peut passer de la mélancolie à la gaieté dans une même chanson.

Dans cette fusion débordante va se dégager deux titres. Funny Ways, ballade qui vire à lheavy symphonique et la pièce la plus complexe, Nothing At All avec son cosmique solo de batterie. Mais le reste n’est pas mal non plus, en particulier Why Not et son final rhythm’n’blues endiablé. Quant à The Queen, qui vire au heavy blues, ce passage semble être un clin d’œil au God Save The Queen qu’a interprété Jimi Hendrix au festival de l’Ile de Wight.

Visiblement à l’écoute de ce disque les musiciens n’étaient pas préoccupés à conquérir le public, mais à bien s’amuser. Et franchement ils avaient bien raison. Car l’aventure était loin d’être finie.

Merci pour tout Raymond Shulman

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: MEL DEE
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est iciChaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 501 536 Visites

Suivez-nous

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!

Pour Un Monde Meilleur!