Spectacles

Scorpions Las Vegas

Scorpions Las Vegas Residency
40 ans de l’album Love at First Sting
Publié le 15 avril 2024

Texte/Photos/Vidéos : Patrick Loiselle

Viva Las Scorpions !

Les années 70 et 80, l’âge d’or pour le Hard Rock et le métal. Les groupes sortaient des albums à un rythme effréné et il semblait que chaque fois qu’un nouvel album voyait le jour, il devenait encore plus gros que le précédent. Cette année marquera ainsi le 40e anniversaire de Love at First Sting, qui s’avèrera un des plus grands succès commercial de l’histoire du groupe. 

Étrangement, cette lancée vers les plus hauts sommets en Amérique du Nord, avait vraiment débuté avec l’album Lovedrive. Le premier depuis le départ du légendaire guitariste Uli Jon Roth, remplacé par son compatriote allemand Matthias Jabs. Leurs styles étaient on ne peu plus différents, mais Matthias, de par son jeu plus rock et moins axé sur la virtuosité, a définitivement aidé à redéfinir le son du nouveau Scorpions. Rendant leur musique plus accessible.

L’excellent Animal Magnetism avec les classiques The Zoo et Make it Real, continuait d’ouvrir les valves du succès, jusqu’au superbe one-two punch Blackout et Love at First Sting, sortis respectivement en 82 et 84. Tout ça, à l’intérieur d’une période de 6 ans seulement. Les horaires des groupes à l’époque étaient absolument déments. Album, tournée, nouvel album, suivis d’une autre tournée et ceci non stop pendant des périodes de plusieurs années. C’est une des raisons pourquoi plusieurs groupes ont juste implosé. Le rythme était juste trop infernal pour certains. Scorpions, pour leur part ont réussi à très bien naviguer cette période et en sont sortis sans trop de dommages.

1984

L’année 2024 marque donc le 40e anniversaire de l’album légendaire et bien qu’il y’ait eu quelques changements de personnel depuis, le cœur et l’esprit du groupe sont toujours présent. Klaus Meine, la voix depuis plus de 50 ans, le guitariste et membre fondateur Rudolph Schenker, lui aussi présent depuis le tout début et Matthias Jabs

Rudolph Schenker, Mathias Jabs et Klaus Meine

Pour l’occasion le groupe avait décidé de célébrer ce plateau en montant ce nouveau spectacle avec en tête de nous présenter plusieurs pièces de l’album, dont certaines qui n’avaient pratiquement jamais été jouées avant. Et, tant qu’à faire, pourquoi ne pas choisir Las Vegas en mode «Residency» pour lancer les festivités. Le groupe se produira donc 9 soirs, échelonnés sur 3 semaines, au superbe Bakkt Theatre du Planet Hollywood. Une autre de ces nombreuses salles spectaculaires qu’on peut trouver à Vegas. J’y étais pour la première

Avec les réseaux sociaux, il est maintenant rendu pratiquement impossible de ne pas connaître le setlist avant de voir un show. À moins que le groupe le change à chaque soir ou d’assister à une première, comme ce sera le cas pour nous ce soir. Ça nous ramène encore une fois à cette époque lointaine où l’élément de surprise et d’excitation existait encore

Sur le coup de 20h, les Américains Ugly Kid Joe s’amènent sur scène et joueront environ 50 minutes. Bon hard rock solide et pas déplaisant du tout. Ils ont bien réalisé leur mandat et certaines pièces, dont Cats in the Cradle et Everything About You ont même eu de solides ovations.

Après environ 30 minutes de pause, c’est l’heure de finalement voir et entendre cette nouvelle production 2024

Ça débute tout en douceur avec Coming Home. Habituellement, elle est jouée à partir du bout plus rock de la pièce et l’intro est laissée aux oubliettes, mais pas cette fois. Au début, on pense qu’on nous joue justement l’intro à partir d’une bande sonore, jusqu’à ce qu’on voit Klaus arriver doucement sur scène en la chantant. Vraiment une très belle ouverture. Évidemment, rendu au moment où ça se met à brasser, l’artillerie lourde arrive et le show débute vraiment comme tel.

Suivront Gas in the Tank du dernier album Rock Believer, avant de retourner encore plus loin dans les débuts avec Make it Real, suivi de The Zoo et le solo de Matthias au Talk Box. Tant qu’à avoir visité le passé lointain, pourquoi ne pas pousser la note et aller encore plus vieux avec la superbe pièce instrumentale Coast to Coast de l’album Lovedrive. À noter que c’est le plus lointain que le groupe se rendra ce soir, donc aucune pièce de la période Uli Jon Roth. 

Un mot sur la scène et le stage show. Cette scène est immense, avec 2 fosses en admission générale de chaque côté du catwalk, qui lui s’avance jusqu’au devant des estrades. Le visuel est spectaculaire, comprenant des écrans géants avec énormément d’animation et le light show est vraiment superbe. Ils ont mis le paquet pour rendre l’expérience absolument spéciale.

Klaus est absolument en grande forme, malgré son opération récente à la colonne vertébrale. Le groupe avait même dû annuler quelques concerts et la voix n’a pratiquement pas perdu de sa puissance et de son timbre particulier au fil des années. Matthias, avec toujours son éternel sourire accroché au visage n’a pas beaucoup changé lui non plus et semble en grande forme lui aussi. Pour Rudolph, le poids des années semble l’avoir rattrapé un brin. Il n’a plus son énergie d’antan. Même qu’à l’occasion son pas semblait hésitant. On ne l’a pas vu courir ou même se présenter très souvent à l’avant, à part au début du show. Pour le reste il était calmement installé dans son coin et semblait très concentré sur son jeu.

Klaus nous explique comment cet album a été important pour eux et suivront 2 pièces rarement jouées, I’m Leaving You et Crossfire avant d’en reprendre une plus connue et Bad Boys Running Wild. Par la suite, au lieu de nous servir le long et souvent ennuyeux solo de guitare traditionnel, on a plutôt décidé de revenir à une meilleure formule en incluant l’excellente pièce instrumentale Delicate Dance où on peut tout autant apprécier le talent de Matthias, mais dans un contexte beaucoup plus intéressant.

On est maintenant rendus au moment où les ardeurs se calment un peu.

Le groupe a pris un moment pour mentionner le décès de leur ancien batteur, James Kottack, décédé plus tôt cette année. On lui dédie le méga succès Send Me An Angel. Wind of Change et Tease Me, Please Me, de leur plus gros succès commercial, soit l’album Crazy World, sorti en 89, suivront ensuite. Le show tire à sa fin et il reste plusieurs gros canons, dont l’énergique Blackout où Rudolph semble avoir retrouvé un 2e souffle, pour finalement conclure avec Big City Nights.

Tout le monde sait ce qui s’en vient comme rappels, la seule inconnue est de savoir dans quel ordre ils seront joués.

Finalement c’est avec Still Loving You que le groupe revient sur scène avant de conclure avec l’incontournable Rock You Like a Hurricane. La foule est conquise et le groupe se fait applaudir à tout rompre pendant de longues minutes et semble réellement apprécier ce moment, avant de quitter pour de bon.

Pour une toute première, Scorpions peut définitivement dire mission accomplie. Il y’a bien eu des petites erreurs, mais c’est la nature de la bête, une première. Beau avoir pratiqué en malade, rien ne peut se comparer à jouer live devant une foule. Le groupe peut être extrêmement fier de cette carrière qui a débuté il y’a plus de 50 ans et on doit se considérer choyés de pouvoir encore profiter de ces moments. Ils sont un autre de ces groupes dont la fin arrivera inéluctablement, mais pas aujourd’hui !

 

Liste des chansons
– Coming Home
– Gas in the Tank
– Make it Real
– The Zoo
– Coast to Coast
– I’m Leaving You
– Crossfire
– Bad Boys Running Wild
– Delicate Dance
– Send Me an Angel
– Wind of Change
– Tease Me, Please Me
– Peacemaker 
– The Same Thrill
– Blackout 
– Big City Nights

Rappels 
– Still Loving You
– Rock You Like a Hurricane 

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 517 285 Visites

Suivez-nous

To Top

Fabriqué au Québec!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!