Actualités

Spécial Beatles

Dernière heure #209
En direct de la salle de nouvelles de Famille Rock!
Publié le 18 avril 2024

Par André Thivierge, chef des nouvelles de Famille Rock

Le documentaire Let it Be des Beatles restauré sur Disney +

– Le film original de 1970 du réalisateur Michael Lindsay-Hogg sur les Beatles, sera lancé sur Disney+ le 8 mai prochain. C’est la première fois que le film est disponible depuis plus de 50 ans.

Sorti pour la première fois en mai 1970 dans le tourbillon de la séparation des Beatles, «Let It Be» prend aujourd’hui la place qui lui revient dans l’histoire du groupe. Autrefois perçu sous un angle plus sombre, le film est aujourd’hui mis en lumière grâce à sa restauration et dans le contexte des révélations faites par Peter Jackson dans sa série documentaire The Beatles, qui a remporté plusieurs Emmy Awards : Get Back. Diffusée sur Disney+ en 2021, cette série documentaire a mis en lumière la chaleur et la camaraderie du quatuor emblématique, capturant un moment crucial de l’histoire de la musique.

Let It Be contient des séquences qui ne figurent pas dans la docusérie Get Back. Amenant les téléspectateurs dans le studio et sur le toit de l’Apple Corps à Londres en janvier 1969, alors que les Beatles, rejoints par Billy Preston, écrivent et enregistrent leur album Let It Be. Récompensé par un GRAMMY Award® et dont la chanson titre a été récompensée par un Academy Award®, et qu’ils se produisent en concert pour la dernière fois en tant que groupe.

Avec la sortie de The Beatles : Get Back, la demande des fans pour le film original Let It Be a atteint son paroxysme. Avec le soutien total de Lindsay-Hogg, Apple Corps a demandé à Park Road Post Production de Peter Jackson de se plonger dans une restauration méticuleuse du film à partir du négatif 16 mm original, ce qui incluait une remasterisation soigneuse du son à l’aide de la même technologie de démixage MAL que celle appliquée à la docusérie Get Back.

Michael Lindsay-Hogg déclare « Let It Be était prêt en octobre/novembre 1969, mais il n’est sorti qu’en avril 1970 ». Un mois avant sa sortie, les Beatles se sont officiellement séparés. Les gens sont donc allés voir Let It Be avec de la tristesse dans le cœur, en pensant : «Je ne reverrai jamais les Beatles ensemble. Je ne retrouverai plus jamais cette joie», ce qui a beaucoup assombri la perception du film. Mais en fait, il est rare de voir des artistes de cette envergure travailler ensemble pour transformer en chansons ce qu’ils entendent dans leur tête. »

«Et puis on arrive sur le toit et on voit leur excitation, leur camaraderie et leur joie pure de rejouer ensemble en tant que groupe et de savoir, comme nous le savons maintenant, que c’était la dernière fois. On le voit, avec une pleine compréhension de ce qu’ils étaient et de ce qu’ils sont encore et avec un peu d’émotion. J’ai été époustouflé par ce que Peter a pu faire avec Get Back, en utilisant toutes les séquences que j’avais tournées 50 ans auparavant. »

«Je suis absolument ravi que le film de Michael, Let It Be, ait été restauré et soit enfin réédité après avoir été indisponible pendant des décennies », déclare Peter Jackson. « J’ai eu la chance d’avoir accès aux prises de vue de Michael pour Get Back, et j’ai toujours pensé que Let It Be était nécessaire pour compléter l’histoire de Get Back. En trois parties, nous avons montré Michael et les Beatles en train de filmer un nouveau documentaire révolutionnaire et Let It Be est ce documentaire – le film qu’ils ont sorti en 1970. »

« Je considère maintenant tout cela comme une histoire épique, enfin achevée après cinq décennies. Les deux projets se soutiennent et se renforcent mutuellement. Let It Be est le point culminant de Get Back, tandis que Get Back fournit un contexte manquant essentiel pour Let It Be. Michael Lindsay-Hogg a été d’une aide et d’une gentillesse sans faille pendant que je réalisais Get Back, et il n’est que juste que son film original ait le dernier mot… en étant bien meilleur qu’il ne l’était en 1970. »

Let It Be, réalisé par Michael Lindsay-Hogg, met en scène John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr, avec une apparition spéciale de Billy Preston. Le film a été produit par Neil Aspinall, les Beatles étant producteurs exécutifs. Le directeur de la photographie était Anthony B. Richmond.

Écoutez la première chanson des fils de Paul McCartney et John Lennon

– James McCartney, fils de Paul McCartney a sorti une nouvelle chanson intitulée Primrose Hill, qu’il a coécrite avec Sean Ono Lennon, fils de John Lennon et Yoko Ono. 

« Aujourd’hui, je suis très heureux de partager ma dernière chanson coécrite par mon bon ami [Sean Ono Lennon] », a écrit le jeune McCartney sur les réseaux sociaux. « Avec la sortie de cette chanson, j’ai l’impression que nous commençons vraiment à rouler et je suis tellement excité de continuer à partager de la musique avec vous. »

Le nouveau simple fait référence à un parc du nord de Londres qui offre une vue panoramique sur la ville. «J’ai eu une vision lorsque j’étais enfant en Écosse, par une belle journée d’été », a-t-il expliqué à propos de la chanson.  En lâchant prise, j’ai vu mon véritable amour et mon sauveur dans mon esprit. Primrose Hill’ parle de la façon dont j’ai commencé à trouver cette personne. »

McCartney organise également un concours pour la réalisation d’un clip vidéo pour Primrose Hill. Le concours est ouvert aux couples de tous âges et la vidéo soumise «doit capturer l’essence de l’amour et de la romance tout en mettant en valeur la beauté de l’endroit romantique préféré du couple».

McCartney a sorti un simple en février intitulé Beautiful – sa première sortie depuis 2016 – et Lennon a également sorti de la nouvelle musique en février sous la forme d’Asterisms, son quatrième album solo.

Voyez l’hommage musical de Paul McCartney à Jimmy Buffet

– Lex-Beatles a célébré Jimmy Buffett lors d’un concert hommage au Hollywood Bowl, partageant ses souvenirs du musicien et interprétant Let It Be des Beatles avec les Eagles.

« J’ai eu le grand plaisir de connaître Jimmy, a déclaré McCartney au public. Et comme l’ont dit tous ceux qui sont à l’affiche ce soir, c’est un grand homme. Il était généreux, il était drôle, il avait fait à peu près tout dans sa vie. […] J’étais en vacances avec lui et j’avais oublié d’apporter ma guitare, alors il a fait modifier sa propre guitare pour moi. La fois suivante, il m’en a fait fabriquer une pour gaucher. »

Il a expliqué qu’il avait chanté plusieurs chansons pour Buffett au cours de la dernière semaine de sa vie et qu’il souhaitait en interpréter une pour le concert. McCartney, qui a été présenté par Dave Grohl, a interprété la chanson de 1970 sur un piano à queue, soutenu par les membres des Eagles.

Le policier qui a arrêté le concert sur le toit des Beatles n’a aucun regret

– Nous sommes le soir du 30 janvier 1969 et Ray Shayler a alors 25 ans. Il est agent de police et sa mission est de faire cesser le concert donné par les Beatles sur le toit du bâtiment d’Apple Corps.

Dans les images qui apparaissent dans le film de Peter Jackson, The Beatles, Get Back, on voit Ray Shayler, du haut de ses trois ans d’expérience en tant que policier, partager ses souvenirs de ce moment clé dans l’histoire des Fab Fourpuisqu’il s’agira de leur dernier concert.

« Je n’aimais pas beaucoup les Beatles, parce qu’ils étaient dans la mouvance Hare Krishna », se souvient Shayler, 77 ans aujourd’hui, « mais on avait quelques disques du groupe à la maison et j’aimais leur musique. Mais une fois sur le toit, j’avais une seule chose à faire et j’ai pensé «bon, nous devons tenter d’arrêter ça». »

A la tête d’une équipe de quatre hommes ce jour-là, Shayler se souvient d’avoir parlé avec le road manager, Mal Evans, et de l’avoir informé que «bien qu’il appréciait ce qu’ils faisaient, cela ne pourrait plus se reproduire sous peine de briser la paix».

Après avoir été informé que le quartet n’avait plus qu’un titre à jouer, Ray Shayler avait dit à Mal Evans: « Qu’ils fassent le dernier et qu’ils arrêtent. »

Avec le recul de plusieurs décennies, le policier dit qu’il n’a ni regret ni inquiétude d’avoir géré la situation comme il l’a fait ce jour-là. « Quelqu’un m’a demandé comment je me sentais après avoir arrêté ce concert des Beatles, mais je dirais que ce n’est pas ce qui s’est passé. Je ne les ai pas arrêtés, j’ai fortement suggéré que cela serait une bonne idée de ne pas poursuivre. S’ils avaient été déterminés à continuer, les choses auraient été différentes. Mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé ce jour-là, j’essayais toujours de résoudre les problèmes sans arrêter les gens. » (Source: RTBF)

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

<

p style=»text-align: left;»>Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  ! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 516 668 Visites

Suivez-nous

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!