Albums

Sword III

Sword
Album Sword III
Magistrale leçon de heavy métal classique

Note : 9,5 /10
Publié le 13 décembre 2022

Par Jérôme Brisson

Album Sword III.   Durée : 34 minutes 38 secondes. Massacre Records (2022)

Enfin, après 34 années de gestation, il est là, le troisième album de Sword… Un tonique en format sonore pour l’esprit, le cœur et l’âme! L’album métal réconfortant de l’année 2022!

Bon, je vous le concède : de prime abord, voir l’adjectif « réconfortant » accolé à un genre musical aussi brasse-camarade que le métal, pourrait sembler loufoque, voire incongru. Mais comprenez le sentiment du fan de longue date du légendaire quatuor montarvillois, le fan qui les a soutenus dès leurs débuts dans les clubs rock enfumés de Montréal et des alentours dans les années 1980. Le fan qui s’est enthousiasmé de les voir sortir un premier album en 1986, une bombe intitulée Metalized, puis un deuxième, Sweet Dreams, en 1988.

Le journaliste émérite Jérôme Brisson, Rick Hughes et Géo Giguère. Rencontre Famille Rock #38 avec Sword. Le 5 novembre 2022, Atomic Café

Le fan qui s’est réjoui avec fierté de voir des métalleux québécois assurer la première partie des tournées de grosses pointures comme Metallica, Alice Cooper et Motörhead. Le fan qui s’est désolé de les voir par la suite perdre le cap, rongés par les conflits, les dissensions, l’abus des plaisirs nocifs et les considérations comptables de leur compagnie de disques, dissipant leurs efforts dans des projets sans lendemains pour enfin, de guerre lasse, abdiquer leur titre de pionniers, rois et maîtres de la scène métal québécoise au tournant des années 90.

Sword avec le grand Lemmy Kilmister de Motörhead.

Alors oui, après plus de trois décennies à ne plus s’y attendre, ce métalleux que je suis resté éprouve un réel réconfort, ainsi qu’un plaisir épicurien et une fierté renouvelée, devant ce retour en force des quatre membres originaux de Sword à titre de chefs de file québécois du métal classique, mélodique, pur, dur et indémodable.

Sword. Crédit photo Michael Honninger

Première offrande du groupe parue sur l’étiquette allemande Massacre Records, servie par une production de haut niveau au son d’ensemble proprement monstrueux, gracieuseté du guitariste Mike Plant assisté du vétéran producteur/ingénieur du son Glen Robinson (Voivod, Queensrÿche, GWAR, Annihilator, Kataklysm, etc. ) et impeccablement mixé, Sword III nous sert en huit titres canons (enfin sept, si on omet la courte intro instrumentale Surfacing) une magistrale leçon de heavy métal classique émaillé de mélodies accrocheuses, qu’on qualifierait volontiers de l’étiquette « old school » mais qui démontre ici une vitalité et une fraîcheur qui permettraient encore aujourd’hui, à ces métalleux aguerris, de traiter d’égal à égal avec les ténors actuels du genre.

Sword. photo tiré du vidéo-clip (I Am) In Kommand. 2022

Dès la première pièce Bad Blood, on annonce la couleur. Le chanteur Rick Hughes, plus en voix que jamais à l’approche de la soixantaine, se permet d’en remontrer aux jeunots du tiers de son âge avec d’impressionnantes envolées dans le registre suraigu, pendant que Mike Plant, nous balance en pleine gueule un riff tranchant et inspiré. En plus de nous gratifier d’un solo agrémenté d’une wah-wah bien goûteuse.

Le bassiste Mike Larock et le batteur Dan Hughes, frangin de Rick, assurent quant à eux une rythmique d’enfer, serrée comme un boulon qui ne faiblira pas d’un iota, durant tout l’album.

(I Am) In Kommand, premier simple et vidéoclip de l’album, met le pied sur l’accélérateur, avec ce riff de guitare taillé comme une rafale de mitrailleuse lourde. On le devine, cet hymne à la résilience et à l’affirmation de soi, ne sera pas la seule pièce de l’album à refléter la philosophie de vie de Rick et ses confrères.

À ce titre, j’ignore l’étendue de la participation du parolier et collaborateur Richard Eusanio, mais il est rare et assez jouissif d’entendre sur cet album des textes fesser aussi fort que la musique.

En parlant de textes qui fessent, le morceau suivant, Dirty Pig, le second simple/vidéoclip, au tempo moyen mais irrésistible, propice au « headbanging » et avec une ligne de basse vrombissante comme un bulldozer, ne donne pas sa place à titre de réquisitoire délicieusement cinglant. Gageons que les fans présents aux spectacles en janvier prochain vont hurler en chœur le refrain avec délectation…

Surfacing, un intermède musical sombre et sinistre de 1 min 30, à la basse distortionnée grondante, met la table et installe l’ambiance pour la pièce suivante, l’autobiographique Unleashing Hell : « 1986 in Montreal / Making music and rattling walls / In our twenties and standing tall / Setting fires in every hall… » Une tranche de vie, sans concessions, sans fioritures, mais sans regret non plus, une tranche de leurs vies… et de nos vies à nous, jeunes insouciant(e)s qui avons traversé cette époque fébrile.

Spread The Pain, malgré sa thématique controversée – les meurtriers de masse – accroche dès la première écoute par son groove contagieux et Mike Plant démontre une fois de plus sa maestria avec un autre solo d’enfer.

Quant à Took My Chances, la dernière fois que j’ai ressenti une telle aura de frustration, de solitude et de désespoir  irradier d’une chanson métal, c’était avec Sabbath Bloody Sabbath. Sceptiques? Écoutez-la et on s’en reparlera un de ces soirs à l’Atomic Café!

Atomic Café. 38e rencontre Famille Rock. La rédachef Muriel Massé, Mike Larock, Géo Giguère et Rick Hughes. Photo: Marc Young

La « maidenesque » Not Me, No Way vient clore l’album avec panache et la pédale au plancher. Une autre déclaration d’intention de Rick, à l’instar de (I Am) In Kommand, où il affirme haut et fort son indépendance et crache sur les compromis : « Not me, no way / I will not play nice / Not me, no way / I have paid the price… »

Bien plus qu’un retour en force, Sword III se veut aussi le portrait d’un groupe de musiciens toujours habités par le feu sacré, mais enrichis de la maturité, de la sagesse et d’une certaine sérénité (eh oui!) acquises au gré de leurs expériences de vie, les bonnes comme les mauvaises.

Je ne saurais insister d’avantage sur l’importance et la nécessité des groupes de l’étoffe de Sword sur l’échiquier de la scène métal mondiale actuelle, afin de maintenir toujours plus haut le flambeau du métal classique.

Quand même… Ils nous auront fait attendre, les mauzusses!…

Sword. Crédit photo : Patryck Pigeon, source : www.rickhughes.co

LISTE DES PIÈCES 

1. Bad Blood 5:35
2. (I Am) In Kommand 4:07
3. Dirty Pig 5:28
4. Surfacing 1:30
5. Unleashing Hell 3:56
6. Spread The Pain 4:59
7. Took My Chances 5:07
8. Not Me, No Way 3:56

Spectacles

Lors de la 38e rencontre de Famille Rock, Sword on informé en primeur qu’ils joueront le nouvel album, dans son intégralité, lors de leurs prochains spectacles au Québec.
Retrouvez-les :

Le samedi 14 janvier 2023 au Théâtre Corona, Montréal, 

Le 15 janvier à l’Impérial Bell de Québec

Le 20 janvier à la Boîte à Bleuets d’Alma

Le 21 janvier au Cabaret de l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières.

« Wow 9.5/10 ! Qui ne connaît pas (au Québec) Famille Rock et Famille Rock et journal Pop Rock de notre cher ami Géo Giguère.
Quel plaisir cette critique du nouveau Sword écrit par un auteur que j’adore lire ; Jérôme Brisson, ça plume telle une épée bien aiguisée, est au service des belles choses,
toujours positif, toujours bienveillante, merci Jérôme ta critique est grandement apprécié. »
Rick Hughes

 

Autres articles sur Sword 

Famille Rock #38 avec Sword
Entrevue 
Sword et Rusted
Sword à Québec 

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: MEL DEE
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Fear The Leader Beginning – FamilleRock.Com

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 475 308 Visites

Suivez-nous

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus