Albums

Dark Side Pink Floyd

Le top 100 de Ricardo # 8
Dark Side of the Moon, Pink Floyd
Publié le 5 mai 2023

Par Ricardo Langlois

Pink Floyd, Dark Side of the Moon

 

Le 23 mars 1973, petite révolution dans le monde de la prog, la sortie de Dark Side of the Moon 50 ans, plus tard, cette pièce maîtresse de la discographie de Floyd s’est imposée comme un véritable pilier de la discothèque des vrais amateurs de musique. Toutes les chambres des ados ont été habitées par leur musique. Un incontournable des années 70’s.

 

À l’exposition Pink Floyd de Montréal, un mur consacré à Dark Side of the Moon   Photo: Muriel Massé

The Dark Side Of The Moon inaugure toute une série de concept-albums créés sous la gouverne de Roger Waters, cet album-ci étant consacré à, dixit l’intéressé, ‘tout ce qui est capable de rendre les gens fous’. En toile de fond, il faut bien comprendre que le bassiste géant a été littéralement traumatisé par la schizophrénie développée par son ami Syd Barrett, un type brillant sur les plans intellectuels et artistiques et qui, quasiment du jour au lendemain, n’a plus été capable de tenir son rôle dans le groupe. Waters, sans nier l’effet du LSD en tant que co-responsable du trouble mental de Barrett, incrimine tout autant les pressions diverses qui se sont abattues sur le Crazy Diamond à l’aube de  Pink Floyd  : argent, succès, médias etc…

S’ensuivent de nombreuses réflexions sur le sens de la vie, le rôle de l’enfance et de l’adolescence comme préparateur à l’âge adulte (concept hérité de l’éducation maternelle de Waters et que ce dernier finit par renier) ou encore l’isolement lié en partie au star system. Mais, et c’est là que le propos diffère des élaborations ultérieures du bassiste, Dark Side dépeint les maux de ce monde de façon extérieure et pour reprendre le terme de Waters lui-même, ’empathique’. Il n’est pas encore question de stigmatisation ni de révolte contre le système (la fameuse Machine de Wish You Were Here ou les porcs de Animals., C’est ce qui fait que l’on peut encore très facilement s’attacher à ces réflexions philosophiques modernes qui apparaissent universelles et assez faciles d’accès.

1972

Pink Floyd, 1972, de gauche à droite, Richard Wright, Nick Mason, Roger Waters et David Gilmour.

Dans le détail, la première face du vinyle est un cycle de vie complet, des battements de cœur de la naissance (Speak To Me) à la mort (ce grand concert dans le ciel) avec évocations successives de la futilité (Breathe), de l’angoisse (On The Run) et de la façon dont on doit utiliser le temps qui nous est offert durant notre existence (Time).

Le propos de la seconde face est plus sombre et s’attarde justement sur ce qui conduit à la folie : l’argent (Money, l’isolement (Us and Them) et le rôle réducteur de la société face à l’individu (Any Colour You Like). Puis la folie arrive : Brain Damage est une sorte de monologue à sens unique de Roger Waters face à Syd Barrett (d’;ailleurs, c’est Waters qui chante), le premier essayant de comprendre le second, de l’accepter (et par la même, d’affronter sa propre crainte de la folie) et de se mettre à son niveau : la fameuse face cachée de la Lune.

Face A

Speak to Me. Ce morceau a été pensé comme une introduction. Il a été construit à partir de fondus enchaînés de toutes les autres parties de l’album. C’est Nick Mason qui a signé le titre. Les célèbres pulsations cardiaques. La note de piano à l’envers.

Breathe. Écologiste avant l’heure, Waters recycle ici la première phrase de la chanson homonyme. La pedal steel de David Gilmour. Le motif de Breathe est notamment repris après On the run et Time.

On the Run. Coauteurs de ce titre instrumental, Waters et Gilmour auraient pu partager les crédits avec leur nouveau joujou, le Synthi A, une version compacte du synthétiseur VCS3, sur lequel les deux musiciens ont programmé huit pistes de sons en tous genres : cymbales, slides. Ce montage répétitif constitue en 1973, le prototype des futures musiques électroniques.

Time. C’est Alan Parsons qui a eu l’idée en allant chez un horloger afin de produire un enregistrement destiné à vanter les mérites de la quadriphonie. Les chœurs féminins ainsi que le chant éraillé et l’attaque de David Gilmour à la Stratocaster, passée dans une fuzz box donne le ton.

The Great Gig in the Sky. Quatre prises seront nécessaires pour aboutir à ce chef-d’oeuvre. Une incroyable perfo vocale sublimée par les accords célestes de Rick Wright.

1973  – Time

Face B

Money. Composé en 7 temps comme Solsbury Hill de Peter Gabriel et All you Need is Love des Beatles, le single Money porte bien son nom, qui propulsera le groupe au sommet des charts. Gilmour affirme avec humour : Money est le résultat de gentils étudiants en architecture qui se mettent à faire du funk!

Us and Them. Composé par Rick Wright, ce titre, le plus long de l’album, démontre à quel point le groupe maîtrise l’art du silence, entre les vaporeuses notes de clavier de Wright, les arpèges étincelants de Gilmour, le rythme hypnotique de Waters et les deux parties contre-chants de saxophone de Dick Paary qui officiait déjà sur Money.

Any colour you Like. Respiration bienvenue avant Brain Damage, une improvisation qui tient en deux accords et au dialogue entre le Minimoog et la guitare de David Gilmour.

Brain Damage. The lunatic is on the grass Remembering games and daisy chains and laughs… chante Roger Waters sous le regard bienveillant de David Gilmour. Avec Eclipse, il s’agit de de l’unique chanson chantée par Roger. Il était très timide au micro. Alors j’essayais de l’encourager. Le lunatique c’est bien sûr, Syd Barrett, leader déchu du Floyd et ami d’enfance de Waters.

Eclipse. Le gospel est considéré comme le chant de l’espoir. Celui enregistré en seulement deux prises par le choriste Doris Troy.(1)

1973

1973:  (Photo: Michael Ochs Archives/Getty Images)

50ème anniversaire

Pink Floyd – The Dark Side of the Moon (Live at Wembley) 1974- 50th anniversary : un album live historique !

Pink Floyd – The Dark Side of the Moon (Live at Wembley) 1974- 50th anniversary : un album live historique !

Pour fêter les 50 ans de The Dark Side of the Moon, Pink Floyd et le label Warner présentent un coffret Deluxe incluant l’album entièrement remasterisé augmenté de ce “Live At Wembley Empire Pool”. L’occasion de replonger sous angle différent dans cet album iconique, l’un des plus vendus de tous les temps.(2)

Enregistré à Londres les 15 et 16 novembre 1974, Live at Wembley est un beau témoignage de ce que le groupe offre sur scène au début des 70’s. L’album studio ayant été enregistré en deux sessions entre 1972 et 1973 aux studios Abbey Road à Londres, il va sans dire que le quatuor maitrise désormais  son chef-d’œuvre  sur le bout des doigts.  D’autant que “The Dark Side of the Moon” a déjà été testé et rodé en live bien avant l’enregistrement studio, notamment lors de plusieurs concerts en 1972, que l’on peut facilement aujourd’hui trouver en ligne sur les plateformes de streaming.

Les titres ont été si travaillés, si peaufinés, qu’ils sont arrivés à maturité aussi bien dans leur construction que dans leur exécution. Ce Live at Wembley offre donc une relecture de The Dark Side of the Moon avec une multitude de petites nuances et subtilités. La preuve par The Great Gig in The Sky avec sa basse bondissante, mixée en avant aux côtés de la voix animale et tonitruante de Clare Torry, une voix aérienne qui nous emporte littéralement. Souvent considéré par le public comme un groupe de studio, ce document démontre que Pink Floyd est aussi un groupe de scène.

Notes
(1)- Les descriptions des Face A et B, Revue Rolling Stone Numéro 150. 50 e anniversaire Pink Floyd, Dark side of the Moon.
(2)- En prime, l’album live pour souligner le 50 e anniversaire Live at Wembley Empire Pool

Ricardo Langlois est analyste musical pour famillerock.com et critique littéraire pour lametropole.com Il est l’auteur de 5 livres de poésie.

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 507 068 Visites

Suivez-nous

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!

Fabriqué au Québec!