Actualités

Yves Monast rock artisan

Yves Monast grand artisan du genre rock 
Publié le 10 mars 2024 

Nouvellement nommé à l’État-Major, chef archiviste, historien, chroniqueur et ancien journaliste du journal Pop Rock

Texte : Yves Monast

Un jour mon cousin Robert me demande si je pouvais aller enregistrer la pratique de ses amis. Son père ne voulait pas qu’il sorte le reel to reel de la maison. Robert a pensé à moi car ma mère venait de m’acheter une enregistreuse 4 pistes. C’est là que tout a changé, de cinéphile à hard rock.

J’ai donc fait la connaissance de Philippe Crevier (bassiste) et de Pierre Frappier (batteur). et une amitié s’est créée. J’ai commencé à aller voir des spectacles au Forum de Montréal à partir de janvier 1972.

J’allais toujours à l’école en 1973. J’ai fait mon entrée au cegep Rosemont sous condition. Mon séjour à cet endroit n’a pas duré longtemps, à peine quelques mois. Mais j’y ai rencontré un certain Géo Giguère qui cherchait sûrement un nouveau collaborateur. C’est la seule chose que je me souvienne du temps passé à cet établissement.

Ensuite je n’avais pas le choix d’entrer officiellement sur le marché du travail. Pierre Frappier a lui aussi lâcher ses études au cegep Maisonneuve. On a eu notre premier emploi ensemble, ça m’a permis d’acheter un bon système de son et de continuer d’acheter des disques chez Phantasmagoria et Dutchy’s.

Yves et Pierre Frappier en 1973 

Mon ami Polo qui était lui aussi passé des films d’horreur à la musique, m’avait fait connaître les Black Sabbath, Alice Cooper et Silverhead. Plus tard, c’était à mon tour avec Deep Purple, Captain Beyond, Gentle Giant. ..Polo le 30 novembre 1973. Journée où Yves a acheté son système de son. Photo prise par sa sœur Diane.

J’étais aussi abonné à Circus et à Pop-Rock. Géo avait inscrit mon nom dans la rubrique des Fêtes, en dessous de Paul McCartney ! J’ai même répondu à cela, car mes amis me demandaient qui était ce Paul McCartney au-dessus de mon nom ? Eh oui, j’ai toujours eu le sens de l’humour !

Quelques années plus tard. je devenais collaborateur au journal Pop Rock, en écrivant quelques articles (ref : les faux Deep Purple) et quelques critiques de disques.

En 1980, ensuite, c’est l’achat d’un appareil Nakamichi (4 pistes) et alors commence ma collection d’enregistrements de spectacles et les échanges avec d’autres amateurs. Moi je n’ai jamais été attiré par les Live officiels. Vient ensuite la collection sur VHS de documents d’archives et de spectacles live. Les échanges avec des friends-traders se poursuivent de plus belle. Ce n’était qu’un début car en l’an 2000, je filme un spectacle privé de Corbach.

Ce qui allait être le premier de quelques centaines d’autres enregistrements vidéos.

Une partie de ma collection

Fait à noter, je n’ai jamais eu ma propre caméra, mais je filmais au Café Campus, au bar St-Laurent à Repentigny, au festival de jazz de Montréal et de blues à Mt-Tremblant. etc. Je donnais même une copie à ces artistes. David Gogo a même déjà mentionné sur scène à l’Astral. « Si vous voulez des vidéos, demandez à Yves ». Là ne s’arrêta pas cette passion pour la musique.

Car en 2016, Géo décide de recommencer l’aventure du Pop-Rock mais cette fois ci, via le net. J’ai embarqué tout de suite sans aucune hésitation.

S’en est suivi les réunions à l’Atomic Café et cette fameuse soirée où j’ai pris le micro en remplacement de Jean-Claude Marsan. Ce dernier s’étant blessé à la maison. J’ai alors raconté des nouvelles sur les groupes, entrecoupées d’anecdotes.

Après la réunion, Géo m’a demandé si je pouvais faire la même chose sur Famille Rock. Alors j’ai créé Mémoires à Monast. Merci à Jean-Claude Marsan. J’ai réussi à faire environ 40 capsules de mes mémoires en incluant 5 anecdotes pour chacune des capsules.

Durant ce temps, j’étais promu comme chef archiviste avec le support de Larry Todd et de Sylvain Lavallée. À quelques occasions, j’ai aussi réussi à dénicher des invités comme Bill Gagnon et tout dernièrement Pierre Flynn.

J’ai moi même assisté à 49 des 50 réunions. Et encore une fois, Géo m’a fait confiance en me permettant d’interviewer mes amis Paul et Paul. Non, pas les humoristes, mais bien Paul Harwood et Polo. Deux soirées magiques. Heureusement, on peut tout revoir sur la chaîne Youtube de Famille Rock.

Je m’amuse aussi à collaborer à divers sites de fans de Johnny Winter et de Frank Marino. Et aussi comme archiviste pour le site à la mémoire de Walter Rossi.

Je continue toujours à faire de nouveaux contacts. J’encourage les membres à partager leurs propres anecdotes et leurs photos de spectacles. J’ai bien beau avoir 28,000 photos de Marcel Dubois, 1,600 diapositives de Jean-François Deraps et 250 autres de Daniel Seguin. Je suis toujours curieux d’en voir d’autres et surtout de spectacles auxquels j’ai déjà assisté.

Longue vie à la Famille Rock. Merci à Géo pour son amitié et sa confiance envers moi et comme il le dit si bien, À la prochaine.

De Géo Giguère :

Le Paul Houde du rock ! J’ai lu ça sur notre Facebook de la part d’un de ses nombreux fans! Il faut aussi ajouter que Yves est une personne intègre avec un sens de l’humour remarquable. Je l’avais déjà remarqué lorsqu’il a commencé à collaborer au journal papier Pop Rock.

Fidèle en amitié, nous le sommes depuis les belles années 80. Lorsque j’ai ouvert le journal web Famille Rock, il fut un des premiers à répondre à l’appel du devoir de mémoire que nous avons aussi en commun.

Saviez-vous qu’il est aussi un grand papa gâteau. L’esprit de famille, nous l’avons aussi en commun. Je suis chanceux et reconnaissant de sa collaboration exemplaire à la direction de notre organisation. Ensemble pour un monde meilleur. Merci Tellement mon Yves.    

De Polo :

On se connaît depuis presque 60 ans et j’ai encore des souvenirs de lui me liftant sur le siège arrière ou la barre de son vélo (avant que je possède le mien) jusqu’à la Tabagie/Librairie où on achetait nos revues «Famous Monsters of Filmland» qu’on dévorait une fois rendu à la maison!

Yves est doté d’une mémoire phénoménale mais surtout d’un cœur gros comme la planète ! Archiviste et complétiste, il collectionne, mais pas pour la collection à tout prix (tout comme moi). D’ailleurs, il préfère les échanges aux paiements en argent et entre nous, ce sont toujours des cadeaux. C’est une personne généreuse.

Une autre très grande qualité qu’il possède est celle d'»entremetteur», c’est-à-dire qu’il a le don de tisser des liens et de faire se rencontrer ceux qui, à son avis ont des affinités entre eux. Il m’a fait rencontrer Johnny Winter qui a toujours été d’une très grande influence musicale pour moi.

En résumé, vous êtes choyée chère Famille Rock d’avoir un coéquipier aussi dévoué parmi vous. L’intégrité et la rigueur dans ses articles le prouvent! Longue vie à Yves Monast et à la Famille Rock.

De René Maranda, secrétaire exécutif :

Yves Monast, on peut dire de lui, « Lui il connait ça », l’archiviste par excellence, une mémoire exceptionnelle de tous les endroits qu’il a été voir, les nombreux spectacles depuis presque 55 ans. Une facilité d’approche avec les nombreux artistes. Longue vie avec nous. Merci Yves. 

De Sylvain Lavallée :

Les archives m’ont toujours fascinées, en ayant fait un domaine d’étude et travaillé dans le domaine. En faisant la connaissance de Yves, j’ai développé une belle amitié. J’ai pu enrichir et approfondir mes connaissances dans le domaine musical à travers son expertise, ses immenses connaissances dans le monde de la musique rock. Je lui en serai éternellement reconnaissant. Yves merci de ton amitié et de m’avoir permis d’en découvrir davantage dans le monde de la musique rock à travers ton savoir et tes connaissances.

De Marc-André Boulay :

Je connais Yves depuis 30 ans ! Il va sûrement corriger par 27 ans et trois quart. Je le surnomme Rainman, même parfois mon ami autiste du rock! Dû à ça,
mémoire phénoménale et son soucis du détail ! C’est un pilier ! Une référence ! Une bible sur 2 pattes au Québec. Il a amassé des souvenirs et connaissances du rock dans toutes ses sphères de façon inégalée. Demandez-lui le nom du beau frère du bassiste du band en première partie de Black Sabbath en 1972, à la Place des Nations, il va vous dire son nom et que le show était le 16 juillet 1971 et non pas 1972 ! 🙂

De Muriel Massé :

Yves a toujours été là pour nous soutenir, il était à toutes les rencontres Famille Rock. Sociable et gentil, il fraternisait avec ses coéquipiers. Toujours de longues conversations et anecdotes sur la musique et les artistes en intriguaient plus qu’un.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Photo de bannière : Yves accompagné de Uli Jon Roth. Photo prise le 11 février 2013 au National. À son premier spectacle à Montréal. Uli m’avait dit « You look like an artist ! »
BANNIÈRE RENÉ MARANDA
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  ! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 489 897 Visites

Suivez-nous

To Top

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!