Albums

Iron Maiden Powerslave

40 ans pour Powerslave
Publié le 9 mai 2024

Par Ricardo Langlois

La folie furieuse, j’étais journaliste à Pop Rock magazine, il y avait tellement d’albums à écouter et de concerts ;a aller voir. Que de beaux souvenirs ! J’habitais dans la belle ville de Lachine. J’ai même assisté au tournage de Le crime d’Ovide Plouffe de Gilles Carle. J’écrivais sur ma dactylo le lendemain matin. C’était la vie semblable ;a un jeune écolier qui est toujours en récréation.

1984, c’est Poweslave d’Iron Maiden, Metallica, Ride the Lightning, Dio, The last in Line, Rush, Grace Under Pressure, Judas Priest, Defenders of the Faith… C’est le pick-up de Denis, c’est Mirabel et des rêves inassouvis. Le petit joint, la musique avec beaucoup de guitares.

Powerslave a marqué 1984

En janvier 1984, quand Iron Maiden arrive à l’hôtel Le Chalet à Jersey, dans les îles anglo-normandes, pour commencer à écrire le matériel de leur prochain album, ils sont cinq hommes en mission. Au cours des 12 mois précédents, ils ont accompli une transition de carrière réussie de porte-étendards de la nouvelle vague de heavy metal britannique. Des stars du rock de renommée internationale avec leur première tournée en tête d’affiche aux États-Unis. Des spectacles de prestige au Madison Square Garden de New York et à la Long Beach Arena de Los Angeles – et leur premier album dans le Top 20 américain avec Piece Of Mind. Il était maintenant temps d’abattre le marteau.

Bruce Dickinson dit :

« Pour moi, Piece Of Mind était le meilleur album que nous ayons fait jusque-là », m’a dit le bassiste et fondateur de Maiden, Steve Harris. « Les gens parlaient encore de The Number Of The Beast, à cause de la chanson titre et de Run To The Hills, qui étaient tous deux de grands succès. Et parce que c’était le premier album de Bruce Dickinson avec Maiden. Mais Piece Of Mind était celui qu’il me fallait. »  À moins que j’enlève le m’ … et que ça soit Steve Harris qi dit ça

Premier album de Maiden à mettre en vedette le line-up classique de Harris, Dickinson, les guitaristes Dave Murray et Adrian Smith et le batteur Nicko McBrain. Piece Of Mind a également été le premier disque à intégrer pleinement Dickinson en tant qu’auteur-compositeur. Il avait écrit Run To The Hills, le premier simple de Maiden dans le Top 10, mais c’est sur Piece Of Mind qu’il a commencé le partenariat d’écriture de chansons avec Smith, qui s’épanouirait plus pleinement au cours des années suivantes. Notamment sur le clairon Flight Of Icarus, l’un des deux simples de l’album. Cependant, c’est l’autre chanson que Dickinson a coécrite avec Smith qui a vraiment démontré ce qu’ils apporteraient à Maiden. Sunlight And Steel, qui a introduit une très grande dose de groove rock dans le métal galopant caractéristique de Maiden.

Les 2 amis guitaristes Dave Murray et Adrian Smith, tournée Powerslave

« Je ne me suis jamais considéré comme un marchand de vitesse de heavy metal », m’a dit Smith. « Certainement pas une déchiqueteuse ! J’ai grandi en écoutant  Eric Clapton  et le genre de blues rock que faisaient des groupes comme Zeppelin et Purple. J’adorais la guitare rock, mais il fallait qu’elle ait de la mélodie. »

« Nous avons tous les deux grandi en aimant Machine Head de Deep Purple  », se souvient Dickinson. « Le fait que Ian Gillan soit un si grand chanteur et que Ritchie Blackmore soit un guitariste si impressionnant a certainement fait partie de l’attrait, mais ce sont les chansons qui comptaient le plus pour nous. Toutes celles qui vous ont séduit du premier coup, comme Smoke On The Water et Highway Star. Donc, quand Adrian et moi avons commencé à écrire ensemble, il était naturel que nous nous tournions davantage vers ce genre de choses. » Bruce Dickinson a failli tout lâché 

« À la fin de la tournée Powerslave, j’avais été à deux doigts d’arrêter la musique. Je ne supportais plus les intrigues en coulisses et le confinement solitaire dans les bus de tournée ou les cages dorées. Je ne m’attendais pas à ce que les gens comprennent parce que je suis certain que, pour beaucoup, cela ressemble au rêve ultime. Mais je ne voulais pas me contenter de réussir à rester au même niveau. Au moment de reprendre le collier, j’étais d’avis que nous devions prendre un virage radical, juste pour le plaisir. »

« Il ne fait pas bon d’être seul dans un groupe de cinq. Martin Birch m’a pris à part et a gentiment mis fin à mon supplice en m’expliquant que mes petits numéros acoustiques n’étaient pas la solution. Les choses étaient claires et puisque j’étais en minorité, autant me faire une raison et passer à autre chose. Je ne suis pas du genre à bouder plus de cinq minutes. Je me suis calmé et je me suis demandé ; Comment pourrais-je apprécier l’année qui vient ? Un petit oiseau s’est posé sur mon épaule et m’a murmuré à l’oreille gauche : pourquoi ne pas te contenter d’être le
chanteur du groupe et laisser les autres se débrouiller ? »  (1)

Dickinson se rappelle

Comme Dickinson l’expliqua plus tard : « Powerslave ne se limite pas aux anciens Égyptiens. C’était aussi à propos de nous, du groupe, et de ce qui nous arrivait. J’étais sur des montagnes russes non-stop depuis que j’avais rejoint le groupe deux ans auparavant. Les visites devenaient de plus en plus longues et folles et les attentes autour de nous étaient astronomiques au moment où nous sommes arrivés à Powerslave. Nous étions esclaves du pouvoir, que ce soit musicalement ou simplement en termes de poursuite du succès. En fait, nous l’étions tous les deux. »

« Il y avait aussi un message ironique dans les paroles. Lorsque vous aviez des amplificateurs qui alimentaient un gros système de sonorisation, vous aviez ceux qui ne faisaient que générer de l’énergie et rien d’autre. Ils étaient appelés amplificateurs esclaves, parce qu’ils n’étaient que des esclaves du grand amplificateur.

Ils étaient, littéralement, des esclaves du pouvoir

Le morceau comprenait également un interlude de guitare étonnamment émouvant où Dave Murray et Adrian Smith entrelacent leurs solos, passant des brises du soir du désert au début, aux aventures à pleine poussée parmi les pharaons et les pyramides alors que les guitares mènent le groupe dans le chaos du métal pur. On dirait que les deux guitaristes maîtrisent parfaitement le moment.

« En fait, Smith m’a dit qu’il avait une gueule de bois si horrible quand il a enregistré sa partie, (‘ça m’a presque tué’). Il s’est souvenu que la nuit précédente, lui et le groupe passaient un peu tard dans la nuit en studio. On faisait la fête et on faisait des overdubs de guitare en même temps. Ce qui s’est transformé en une simple fête, pour être honnête. Je me suis couché assez ivre vers trois heures du matin, ne m’attendant pas à travailler le lendemain matin. »

Studio d’enregistrement de Powerslave avec feu Martin Birch

En conclusion…
Entrez dans les sables du temps en remontant jusqu’aux pyramides de l’Égypte ancienne – le thème de la couverture de l’album Powerslave d’Iron Maiden. Sorti le 3 septembre 1984, Powerslave
n’était pas seulement le cinquième album studio du groupe de heavy metal anglais, il a marqué un jalon important dans leur identité visuelle.

Non seulement cet album a transporté les auditeurs dans la tombe d’un pharaon avec ses riffs lourds, mais le thème de l’Égypte ancienne s’est également étendu à la gigantesque tournée mondiale du groupe sur l’esclavage, illustrant la profondeur de l’engagement envers leur concept. Cependant, Riggs ne s’est pas contenté de concocter une reprise saisissante, il a laissé une traînée de miettes de pain dans l’art. Des messages et des symboles cachés qui ont alimenté les spéculations des fans et attisé les feux de l’interprétation pendant près de quatre décennies.

Note

(1) Extrait de Bruce Dickinson, L’autobiographie Talent Éditions

Ricardo a publié 6 livres de poésie. J’habite le ciel est disponible pour 12$ frais de poste inclus.

 

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci ! 

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

BANNIÈRE : MURIEL MASSÉ
WEBMESTRE : MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

Compteur

  • 515 504 Visites

Suivez-nous

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!